Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Joe Morrow n’est pas tendre avec Claude Julien et Marc Bergevin


Daniel Vanier - Fanadiens.com

L’ancien défenseur du Canadien de Montréal, Joe Morrow, s’est vraiment ouvert le coeur, lors d’une entrevue avec Jean-François Chaumont du Journal de Montréal .

Marc Bergevin a échangé Joe Morrow aux Jets de Winnipeg à la date limite des transactions. En retour, les Jets ont cédé un choix de quatrième tour au repêchage de 2018. Ce n’est pas une mauvaise transaction pour le Canadien, car Morrow ne jouait pas de façon régulière dans une brigade défensive pourtant très faible. Joe Morrow n’était pas déçu lui non plus de cette transaction, bien au contraire :

« J’étais heureux de l’échange. Je me suis retrouvé avec une équipe qui se bat pour la conquête de la coupe Stanley, une des meilleures équipes de la LNH. C’est le rêve de tous les joueurs de gagner la coupe. »

Joe Morrow n’a pas mal fait du tout avec les Jets. Il a joué dans 18 des 20 derniers matchs de la saison, récoltant 5 points (1 but, 4 passes) avec une fiche de +5. Mieux encore, lorsque les séries éliminatoires ont débuté contre le Wild du Minnesota, il a joué à la gauche du robuste Dustin Byfuglien dans les cinq matchs de cette série.

Toutefois, avec le retour avec le retour au jeu de Tobias Enstrom, il a perdu son poste de régulier pour se retrouver dans un siège qu’il connait bien : celui du septième défenseur.

Par contre, comment se fait-il qu’il fût assez bon pour les puissants Jets de Winnipeg, mais pas suffisamment pour une des pires équipes de l’histoire du Canadien de Montréal ? Voici ce qu’a répondu Morrow à ce sujet :

« Les Jets m’ont fait confiance. Je sais que plusieurs personnes croyaient que je ne pouvais pas aider les Jets, c’était la perception dans les médias. J’avais juste besoin d’une bonne chance et je l’ai reçue. Maintenant, j’attends mon tour et je reste prêt mentalement. »

Il semble donc que cette confiance, il ne l’a jamais eue avec le Canadien. Morrow ajoute que Claude Julien n’est pas le plus patient des entraineurs :

«Je n’ai pas de regrets d’avoir signé un contrat avec le Canadien, a-t-il souligné. Mais j’ai commis une erreur et c’était de croire que j’étais pour obtenir toutes les chances possibles avec un entraîneur que je connaissais en Claude. J’ai trop fait confiance à Claude, je pensais trop qu’il était pour m’aider. J’étais finalement un défenseur comme les autres. J’ai joué de bons matchs, mais dès que j’avais un mauvais match, c’était terminé. Je retournais dans les gradins. »

Voilà qui n’est pas très rassurant lorsqu’on sait que le Canadien est une équipe en reconstruction. Si Claude Julien adopte la même attitude avec les Victor Mete, Noah Juulsen, Nikita Scherbak et compagnie, cela me confirme qu’il n’est définitivement pas l’homme de la situation pour le Tricolore.

Des critiques pour Marc Bergevin aussi

Joe Morrow a aussi écorché quelque peu Marc Bergevin. Pas sur son travail de directeur général par contre. C’est plutôt la déclaration de Bergevin à propos des problèmes d’attitude à l’intérieur du vestiaire et sur la glace, que le défenseur de 25 ans n’a pas digérée :

« Personnellement, si je peux répliquer aux commentaires de Bergevin, je dirais que c’était injuste comme déclaration. Marc n’était pas souvent à l’intérieur du vestiaire. Je ne sais pas s’il cherchait à protéger son poste, mais je ne trouve pas ça correct. Tu ne peux pas dire que ta chambre et tes joueurs ont une mauvaise attitude. Il ne peut probablement pas dire deux ou trois trucs de la vie de tous les jours des joueurs puisqu’il ne les connaît pas si bien. Quand j’entends une telle chose, je ne comprends pas trop. Un DG de la LNH ne passe pas ses journées à l’intérieur d’un vestiaire. »

Ça le mérite d’être franc et direct. Chose certaine, Joe Morrow n’a pas peur de dire ce qu’il pense !

Que pensez-vous des propos de Joe Morrow ?

Crédit photo : habseyesontheprize.com

Source : Le Journal de Montréal

Mots clés: , , , ,