Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Nikita Alexandrov : l’un des joueurs européens les plus sous-estimés de la LHJMQ et la LCH


Guillaume Arcand - Fanadiens.com

Chaque année, vers la fin du moins de juin, la Ligue canadienne (LCH) tient son repêchage européen, un repêchage qui permet, selon le nombre de joueurs européens dans son équipe, de repêcher un ou deux joueurs « euros » pour tenter de le convaincre de venir jouer au Canada. Souvent, les joueurs qui quittent l’Europe démontrent leur vraie valeur une fois dans la LCH, et on n’a qu’à penser à Nico Hischier et Filip Zadina. Bien que ce ne soit ni un Hischier ni un Zadina, un joueur est en train de démontrer ce qu’il vaut vraiment depuis son arrivée en terre nord-américaine, et ce joueur est le joueur de centre Nikita Alexandrov.

Après avoir vu les Islanders de Charlottetown utiliser leur 50e choix au total lors du repêchage européen pour le sélectionner, Alexandrov s’est tout de suite joint à la formation de Jim Hulton et ce, alors qu’il est âgé de 17 ans. Alexandrov est un joueur « late », ce qui veut dire que malgré qu’il soit né en 2000, l’année de repêchage d’Alexandrov ne sera pas en 2018, mais bien en 2019, car il est né après le 15 septembre.

Après avoir brûlé la Ligue junior allemande (DNL) l’an dernier, Alexandrov a récolté 31 points en 66 matchs cette année dans la LHJMQ. Ce n’est pas une production très élevée, mais à sa défense, il faisait non seulement parti, à l’âge de 17 ans, des jeunes joueurs de la LHJMQ, mais aussi, c’était sa toute première année en Amérique du Nord, donc il fallait s’attendre à une période d’adaptation. Selon moi, il risque de grandement s’améliorer au cours des prochaines années, surtout avec un entraîneur-chef comme Jim Hulton, qui est un instructeur que je respecte beaucoup.

En passant, si ça n’a pas été une excellente saison du côté de la contribution offensive, c’est tout le contraire en séries. Les Islanders de Charlottetown viennent d’accéder aux demi-finales après avoir battu les puissants Mooseheads en 4 petits matchs alors que la plupart voyaient les Mooseheads remporter ce duel. Si les Islanders en sont là où ils sont, c’est entre autres grâce à Alexandrov qui a produit 13 points en séries en 11 matchs. Ça prouve que l’attaquant de 5’10 » est capable d’élever son jeu d’un cran quand ça compte.

À mon avis, sa vraie valeur, il la démontre en séries. Si le fils d’Igor Alexandrov transporte ses performances en séries lors des prochaines saisons, il marquera beaucoup de points aux yeux des recteurs, surtout si on considère que son année de repêchage est en 2019.
Si je crois autant que le joueur de centre allemand d’origine russe va connaître une assez grosse progression l’an prochain, c’est que les Islanders risquent d’être meilleurs l’an prochain.

Alors qu’on les voyait dans les bas-fonds cette année, les Islanders ont causé la surprise en terminant au 9e rang, et l’an prochain, ils risquent d’être encore capables de prêter main-forte aux bonnes équipes. Pour respecter la limite de 3 joueurs de 20 ans l’an prochain, 2 des actuels joueurs de 19 ans, Keith Getson, Daniel Hardie, Sam King, Taylor Egan et Hunter Drew, vont devoir quitter au cours de l’été. Les 3 actuels joueurs de 20 ans, Pascal Aquin, Cameroun Askew et Olivier Desjardins vont aussi quitter, mais la perte de ces joueurs va être comblée par l’émergence de jeunes joueurs comme Alexandrov. Quand je dis que le numéro 14 des Islanders va être bien entouré l’an prochain, vous voyez maintenant de quoi je parle.

Alexandrov est un joueur qui contourne facilement les joueurs adverses avec la rondelle, surtout sur le flanc droit. Il est rapide et fait rarement d’erreur avec la rondelle. Il se place devant le filet pour essayer de dévier la rondelle et utilise sa rapidité pour battre ses adversaires de vitesse. Il possède quand même de bonnes mains et il s’implique beaucoup défensivement.

Alors qu’il a un avenir brillant, j’ai hâte de suivre le développement d’Alexandrov dans les prochaines, un développement que je vais suivre avec beaucoup de plaisir. J’ai hâte de voir ce qu’il va devenir à l’âge de 19 ans.

Crédit photo: The Guardiam

Du même auteur:

Alex Parent: un jeune attaquant talentueux et très sous-estimé

Antoine Lyonnais : sur les traces de Jimmy Lemay

Mots clés: , , , ,