Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Quand on se compare, on se console: Jonathan Drouin et Ryan Johansen


Nathan Bernard - Fanadiens.com

Pour débuter, je vais être franc, Jonathan Drouin m’impressionne vraiment depuis qu’il a été jumelé à Brendan Gallagher. Ce duo existe depuis une dizaine de matchs. Étrangement, Drouin compte 11 points à ses 12 dernières rencontres. En plus de commencer à produire offensivement, on voit souvent son trio faire face aux gros canons des équipes adverses. Est-ce que le fait de jouer face à l’élite motive Jo? Ou est-ce simplement l’effet Gallagher? Dur à dire, mais une chose est sur: le numéro 92 joue comme un premier centre depuis un moment.

Son apport sur le jeu de puissance est de plus en plus constant, il semble y avoir trouvé son endroit de prédilection:

https://twitter.com/tvasports/status/980233830882832384?s=21

Et qui l’eut cru, le jeune québécois commence même à exceller sur les mises en jeu:

Bon, le joueur de 23 ans aura encore des croutes à manger pour atteindre le niveau de Sid, par contre…

Toutefois, malgré tous ces hauts et ces bas, Jonathan semble vouloir finir la saison sur une bonne note. Sa récente séquence productive le mène à cumuler 44 points. À titre de comparatif, Ryan Johansen, le premier centre de la meilleure équipe de la LNH (selon moi), compte 51 points. Notons que le joueur des Preds a joué deux parties de plus. Autre détail intéressant, Johansen gagne $2 500 000 de plus par année !

Regardez ce tableau, les stats ne sont plus à jour, mais elles sont plutôt récentes:

L’attaque de Nashville produit beaucoup plus que celle de Montréal et Johansen n’a que 7 points de plus que Drouin. En plus de cela, le numéro 92 des Predators a la chance de jouer aux cotés de Viktor Arvidsson et Filip Forsberg. J’aime bien Paul Byron et Brendan Gallagher, mais avouons qu’avoir ces deux ailiers au sein de l’effectif du Tricolore serait très bénéfique pour la troupe de Claude Julien.

Leur différentiel est bien différent, mais c’est compréhensible vu leur équipe respective. Le seul endroit où Drouin tarde à chauffer Johansen, c’est au cercle des mises
en jeu:

Jonathan Drouin en carrière: 

Ryan Johansen en carrière:

Parce que même au niveau du temps de glace, l’ancien du Lightning joue autant que l’ancien de Columbus. Surtout depuis le départ du col roulé…

Cinq derniers matchs de Jonathan Drouin:

Cinq derniers matchs de Ryan Johansen:

Bref, croyez-vous que le travail du 92 des Canadiens est sous-estimé, ou bien que celui de Johansen est surestimé? Surement un peu des deux!

Crédit photos: captures d’écran sur nhl.com, zimbio.com

Mots clés: ,