Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Hugh McGing: un talent caché évoluant dans le circuit américain


Guillaume Arcand - Fanadiens.com

L’équipe des États-Unis a récemment envoyé ses invitations à son camp d’entraînement, en vue du Championnat du monde des moins de 20 ans qui aura lieu cette année à Buffalo. J’ai consulté la liste des joueurs qui ont reçu un coup de fil de la part des dirigeants de la nation championne en titre du tournoi de hockey junior qui se déroule annuellement. Lorsque j’ai consulté la liste, j’ai remarqué un joueur un peu plus intrigant que les autres, car c’était le seul de tous les joueurs invités qui n’a pas été repêché et qui n’a également jamais signé un contrat professionnel, et son nom est Hugh McGing.

McGing a commencé à rouler sa bosse dans la USHL lorsqu’il était âgé de 16 ans, en 2014-15, et malgré son jeune âge et  le fait qu’il affrontait des joueurs qui étaient pour la plupart plus vieux que lui, il a offert une bonne production de 19 points en 54 matchs. L’année suivante, à 17 ans, le joueur de centre de 5’8′ a continué de progresser du côté des statistiques, réussissant 51 points en 60 matchs et affichant un différentiel de +32.

Malgré une production assez élevée lors de sa première année d’éligibilité au repêchage, il n’a pas été réclamé par l’une des 31 équipes du circuit Bettman. Il n’aura cependant pas abandonné et à 18 ans, l’Américain jouera sa première saison avec l’université de l’ouest du Michigan dans la NCAA, amassant une bonne production de 22 points en 39 matchs. Cette année, à 19 ans, McGing joue encore dans la NCAA, affichant une production de 19 points en 19 matchs jusqu’ici, ce qui est bon pour le 3e rang chez les joueurs de moins de 20 ans évoluant dans la NCAA.

McGing est loin d’être le joueur le plus spectaculaire et celui qui va vendre des billets à lui seul, mais chaque fois qu’il a la rondelle, il trouve toujours quelques choses d’intelligent à faire. Il arrive qu’il fasse une passe quand il flaire l’option ou soit qu’il remet la rondelle vers le filet, afin de créer une occasion de marquer. Son intelligence, sa vision de jeu et les jeux intelligents qu’il fait lorsqu’il est en possession de rondelle sont ce qui m’impressionne le plus chez l’Américain de 19 ans.

L’une des choses que j’aime beaucoup chez l’étudiant l’Université de l’Ouest du Michigan c’est qu’il n’a pas peur de se mettre devant le filet, de recevoir des coups de ses adversaires et d’aller dans le trafic. McGing possède un bon potentiel offensif et des habiletés intéressantes. La vidéo à la fin de cet article, où on voit le jeune Américain passer entre 2 joueurs adverses tout en gardant la rondelle avec lui, le démontre très bien.

McGing est-il un centre ou un ailier gauche?  Je ne pourrais pas vraiment répondre à la question, car il est très bon peu importe dans laquelle des deux chaises on le place. L’une des raisons pourquoi je crois que McGing est bon à l’aile gauche est que sur la glace, il se retrouve souvent sur le flanc gauche de toute façon.Il n’hésite pas à longer les bandes. Un ailier a aussi un peu moins de responsabilités défensives, ce qui lui permet de laisser parler son talent offensif.

Toutefois, au poste de centre, qui est d’ailleurs sa position naturelle, il est très fiable et aussi, ça lui permet d’être un joueur plus complet et plus utile. Parlant de responsabilités, McGing est un joueur qui est capable de s’impliquer défensivement quand son équipe en a besoin et il est aussi capable de séparer le joueur adverse et la rondelle.

Quand je regarde McGing jouer et qu’il démontre son talent et surtout son intelligence, je remarque que ses habiletés sont au-dessus de bien des joueurs repêchés lors de son année de repêchage en 2015. Je constate aussi que son statut d’agent libre est une étiquette qui risque de disparaître bientôt. J’aimerais rappeler que lorsque Shane Bowers, un espoir de premier plan pour l’Avalanche, a joué dans la USHL à l’âge de 17 ans, il a réussi 51 points en 60 matchs. McGing lui, lorsqu’il avait 17 ans, jouait aussi dans la USHL et comme par hasard, il a produit exactement le même nombre de points dans le même nombre de matchs que Bowers a joué.

Vous penserez peut-être que de comparer un joueur actuellement agent libre en Hugh McGing, à un jeune joueur comme Shane Bowers peut paraître insensé, mais les chiffres démontrent en partie que cette comparaison est loin d’être farfelue. Je suis curieux de voir ce qui va se passer pour McGing, mais ce que je suis à peu près certain, c’est qu’il va finir par signer un contrat professionnel, et l’équipe qui va le faire va peut-être réaliser un grand coup si son développement se passe bien.

Comme je l’ai dit plus tôt, McGing a été invité au camp d’entraînement de l’équipe des États-Unis des moins de 20 ans, et même si je ne suis pas sûr qu’il soit en mesure de se tailler un poste, recevoir une invitation quand on n’a jamais été repêché est déjà un exploit en soi. Est-ce que Hugh McGing, qui n’appartient présentement à aucune formation du circuit Bettman, va réussir à trouver preneur d’ici quelques années?

Crédit photo: WMUBroncos.com

Mots clés: , , , ,