Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Rasmus Sandin: une des raisons pourquoi la Suède développe si bien


Guillaume Arcand - Fanadiens.com

On le dit et on le répète, la prochaine cuvée est remplie de défenseurs de qualité et le talent à la ligne bleue lors du prochain encan est présent dans toutes les rondes. Plus je regarde les jeunes espoirs et plus je vois que quand on croit avoir tout découvert sur ce repêchage exceptionnel en défensive, on a toujours tord, car cette mystérieuse cuvée a toujours quelques choses dans son sac à surprise. Rasmus Sandin est un de ces défenseurs qui justifie pourquoi cette cuvée est aussi excellente à la ligne bleue.

Comment ai-je découvert le jeune Sandin? Par ses statistiques qui sautent aux yeux. Si vous venez jetez un petit coup d’œil, vous verrez que ses chiffres n’ont absolument rien d’ordinaire. Tout a commencé pour Sandin alors qu’il n’avait que 14 ans. C’est vrai qu’à cet âge, Sandin était encore très jeune et c’est difficile de s’imaginer qu’il ait déjà impressionné plusieurs personnes à cet âge, mais il l’a quand même fait, ce qui prouve qu’il ne recule pas devant l’adversité. Alors que le défenseur de 5’11 » n’avait que 14 ans, il jouait dans la ligue U16 de Suède, là où il a amassé un total de 16 points en 11 sorties. Après avoir brûlé la ligue U16, il passe à un autre niveau en mettant le pied dans la ligue U18 de Suède l’année suivante, alors qu’il n’a que 15 ans. La légère différence d’âge avec les adversaires de la ligue ne l’empêche tout de même pas à continuer d’amasser les points à un rythme d’enfer, lui qui récolta pas moins de 22 points en 20 matchs. Encore une fois, l’année suivante, alors qu’il n’est âgé de 16 ans Sandin passe à un autre niveau et s’établit cette fois-ci dans la ligue SuperElit, la meilleure ligue junior de Suède, ce qui lui fait 3 ligues différentes en 3 saisons. Lorsqu’il fait son entrée dans la ligue SuperElit, Sandin, malgré son jeune âge, rien ne l’a empêché d’enregistrer une bonne production de 18 points en 36 matchs. Il a aussi agi comme capitaine pour l’équipe de la Suède au Championnat mondial des moins de 17 ans et, à ce tournoi, il a inscrit 2 points en 6 matchs. Cette année, à 17 ans, alors que le petit défenseur aurait pu commencer la saison dans le calibre plus aisé de la ligue SuperElit, il a décidé de relever un défi de plus en s’alignant dans la SHL, qui représente un calibre professionnel supérieur à la AHL, et ce à seulement 17 ans. Après un séjour de 5 matchs dans la SHL, un séjour où il récolta un point, il décide de se rapporter aux Greyhounds de Sault Ste-Marie dans la OHL et, après ses 6 premiers avec la formation ontarienne, Sandin commence déjà à se faire des amis dans le vestiaire de l’équipe avec sa production de 4 points en 6 matchs.

Sandin est un défenseur que les organisations de la LNH recherchent de nos jours. Il est mobile, il est capable de relancer le jeu à partir de la zone défensive et il est capable d’apporter une bonne contribution offensive. Le #9 des Greyhounds est un défenseur offensif qui possède des habiletés hors du commun. Il aime se porter à l’attaque et il sait le faire au bon moment afin de ne pas mettre son équipe en mauvaise position. Il est capable de faire de très bonnes passes, même à des joueurs qui sont situés très loin de lui sur la patinoire, et il est très habile avec la rondelle. Sandin est capable de transporter la rondelle et en possession de rondelle, il est capable de feinte assez spectaculaire afin de la conserver. Si on considère les performances qu’il connaît actuellement depuis son exil de la Suède vers l’Ontario et s’il garde ce rythme pendant toute la saison, Sandin est présentement dans une position très confortable en vue du prochain encan. Comme la plupart des arrières qui viennent en Amérique et qui ont été développés en Suède, Sandin est un défenseur offensif et un quart-arrière sur l’avantage numérique qui a pour but de faire circuler la rondelle dans cette situation. Sandin a une excellente vision du jeu qu’il n’hésite pas à utiliser et à combiner avec ses autres habiletés afin de faire de lui un défenseur encore plus dangereux. Bien que Sandin est très bon dans la partie offensive, c’est une autre histoire quand on parle de l’autre côté de la patinoire. Bien qu’il ait tout le temps devant lui pour améliorer cet aspect de son jeu, Sandin possède plusieurs lacunes défensives. Il n’est pas le premier défenseur à se replier quand son équipe en a de besoin et dans son territoire, il a beaucoup de mal à couvrir le porteur de la rondelle. Il se fait souvent déborder de son côté et ne semble pas très à l’aise dans sa zone.

Peu importe les aptitudes ou les lacunes que possède le Suédois, je suis certain qu’il peut jouer dans la LNH un jour. Il a toujours été capable de traverser les obstacles, les embûches et les nouveaux défis, et tout ça, alors qu’il est très loin d’arriver à pleine maturité. Je fais parti de ceux qui pensent que le programme de développement suédois est sous-estimé et malheureusement, des jeunes talents comme Sandin en écopent. Mais, si la Suède continue d’envoyer des bons joueurs comme Sandin, le programme du pays aux couleurs bleu et jaune sera peut-être enfin reconnu par le monde du hockey et ses nombreux amateurs.

Croyez-vous au talent de Sandin? Est-ce qu’il peut jouer dans la LNH d’ici peu?

Crédit photo: Gd.se

Mots clés: , , ,