Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Mathias Laferrière: une autre carte cachée!


Guillaume Arcand - Fanadiens.com

Je me suis amusé à regarder les stats des joueurs dans le Midget AAA et j’ai remarqué un joueur qui avait des chiffres assez impressionnant dans cette ligue. J’ai ensuite regardé quelques vidéos de ce joueur que je commençais à trouver intéressant et je me suis tout de suite rendu compte que j’avais redécouvert un joueur que je connaissais déjà, mais pas assez pour me faire une vraie idée sur lui, et son nom est Mathias Laferrière.

Quelques chiffres intéressants

En 2015-16, l’année était très importante pour le jeune Laferrière. En effet, c’était son année de repêchage dans la LHJMQ. Le natif d’Outremont termina la saison régulière avec 25 points en 45 matchs avec un différentiel de -12 dans le Midget AAA, ce qui n’est pas si mal, mais le meilleur était à venir. En effet le cas, car en séries, il commet une grosse surprise avec pas moins de 25 points en 17 matchs, ce qui est assez pour être choisi 7ème au total par l’Armada de Blainville-Boisbriand. En 2016-17, il est retourné avec les Lions, son équipe dans la MAAAQ et il reprend là où il avait laissé il y a quelques mois en séries, avec pas moins de 39 points en 21 matchs, en affichant un différentiel de +16, ce qui est non seulement une progression fulgurante par rapport à l’année précédante, mais ces chiffres faisait aussi de lui un des meilleurs joueurs de tout le MAAAQ.

Lors du temps des fêtes, l’attaquant droitier apprend qu’il est échangé aux Screaming Eagles du Cap Breton avec des choix de 1er et de 2ème tour en retour de Pierre-Luc Dubois. Une fois arrivée au Cap Breton, il est cette fois-ci inséré dans l’alignement régulier et à ses premiers 26 matchs dans la LHJMQ, le Montréalais s’inscrit au pointage 11 fois et réussit à maintenir son différentiel à +12. Ces statistiques ne sont pas les plus impressionnantes, mais le jeune Laferrière n’avait que 16 ans et ce n’est pas évident de jouer dans le junior majeur à cette âge. Donc, il ne faut pas s’en faire et partir en panique tout de suite si un joueur ne connaît pas les chiffres espérés dans ce genre de calibre à 16 ans. Robert Thomas, Cody Glass et Owen Tippet ont tous connu une année recrue moyenne à 16 ans,et est-ce qu’à l’heure qu’il est, quelqu’un doute de leur talent et/ou de leur potentiel? Non.


Un potentiel assez méconnu

Quand j’entendais le nom de Laferrière, je savais de qui il s’agissait, mais tout ce que je savais sur l’ancien des Lions du Lac St-Louis dans le MAAAQ était qu’il était un des très bon jeunes joueurs du circuit Courteau, qu’il était impliqué dans la fameuse transaction de Pierre-Luc Dubois entre l’Armada et les Screaming Eagles et qu’il était une des pièces de la reconstruction au Cap-Breton. Clairement, je n’en savais pas assez sur le #81 de la formation Néo-Écossaise, mais une fois que j’en ai appris un peu plus sur l’actuel membre des Eagles, j’ai tout de suite vu que ce n’était pas simplement l’une des pièces de la reconstruction des Eagles, mais bien la pièce maîtresse!

Laferrière est excellent en protection de rondelle. Chaque fois que le disque noir est sur son palet, il ne semble pas vouloir se décoller. Vraiment, le jeu avec la rondelle du Québécois est une véritable énigme à résoudre pour les défensives adverses. Étant un franc-tireur à la base, Laferrière se place toujours du côté pour décocher son tir sur réception et je peux vous dire que son tir est tout simplement parfait et précis. À seulement 15 ans, quand il était encore avec les Lions du Lac St-Louis, je peux vous assurez que pour l’avoir vu quelques fois, son tir sur réception était déjà du calibre de la LHJMQ. Défensivement, il n’est pas le meilleur, mais considérant qu’il n’a que 17 ans, il a encore beaucoup de temps pour améliorer cet aspect du jeu, mais il fait tout en son possible pour s’améliorer de ce côté. Laferrière n’a peut-être pas le sens de la défensive le plus développé, mais dans sa zone, il se place toujours pour essayer de freiner la menace de l’adversaire et se positionne toujours dans la ligue de tir de l’adversaire. Je ne suis pas du genre à prédire qu’un joueur va connaître une bonne carrière exclusivement à cause de son gabarit, mais ses 6’0 » à 17 ans seulement, ne nuiront pas à sa carrière s’il se rend dans la LNH, car il utilise beaucoup son corps pour protéger la rondelle, l’une de ses principales qualités. Il n’a pas le meilleur coup de patin qui soit, mais ce que j’aime beaucoup chez Laferrière est qu’il se préoccupe de tous les petits détails. Ce n’est pas un aspect qui attire des spectateurs, mais ce genre de choses dans le monde du hockey est très important dans des matchs très serrés et très importants, car un seul petit détail peut faire la différence dans un match. Son style de jeu et ses aptitudes offensives ressemble, à mon humble avis, à un certain Jordan Eberle, qui malgré que ce ne soit pas un des meilleurs patineurs, est capable de bien protéger la rondelle et de battre son couvreur.

Un bon espoir en vue du prochain repêchage?

Bien que ce soit un de mes coups de cœurs dans cette cuvée qui s’annonce incroyable, je ne vois cependant pas Laferrière sortir dans les 2 premiers tour et probablement pas dans le 3ème tour non plus. Par contre, je crois tout de même que ses chances qu’une équipe prononce son nom à Dallas en juin prochain soient très forte, car il a beaucoup de qualités qui peut faire de lui un joueur de la LNH un jour. Et vous, pensez-vous que le membre des Eagles a des chances de se tailler une place dans la grande ligue dans un avenir rapproché?

Crédit photo: Agence QMI

Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *