Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Ryan Merkley, un autre qui écope de la « peur » des petits défenseurs


Guillaume Arcand - Fanadiens.com

Chaque année au repêchage, il y a des défenseurs qui ont des statistiques incroyables mais qui, curieusement, entendent leur nom bien plus tard qu’on pourrait croire si on se fie à leurs statistiques personnelles.

Les premiers noms qui me viennent en tête sont Samuel Girard et Erik Brannstrom. Regardez leur rang de sélection dans leur année de repêchage, et ensuite, jetez un coup d’œil sur leurs productions offensives et vous saurez qu’ils auraient dû entendre leur nom bien plus tôt, bref l’équipe qui en fait leur sélection va probablement faire un véritable vol. Pourquoi autant de défenseurs, malgré un potentiel indéniable, glisse de plusieurs rangs au repêchage? La raison est qu’ils sont « trop petits » aux yeux des recruteurs.

Pourtant le hockey à changé

Même dans le hockey d’aujourd’hui, les DG et les recruteurs ont généralement peur de sélectionner des défenseurs en bas de 6’0″, car ils pensent que ces défenseurs de petit gabarit n’auront jamais un poste permanent dans la LNH, puisqu’ils vont se faire « brasser » ou « frapper ». Afin de poser un contre-argument à cette affirmation, laissez-moi dire ceci : non seulement la ligue devient-elle de plus en plus jeune et mise de plus en plus sur la rapidité, mais aussi, l’ère des « goons » purs à la John Scott est terminée. Cela se constate facilement par le fait qu’il y a énormément moins de bagarres depuis quelques années. Si vous avez peur qu’un défenseur « trop petit » ne se rende jamais dans les rangs de la LNH, vous pouvez laisser tomber vos inquiétudes, la ligue laisse de plus en plus de places aux jeunes talents, malgré leur taille et leur gabarit.

Le cas Ryan Merkley

Un défenseur qui fait parti de cette catégorie est Ryan Merkley. Pour commencer sa carrière dans le junior majeur, il se fait sélectionné comme tout premier choix au total au repêchage de la OHL en 2016 par le Storm de Guelph. Le natif de Mississauga en Ontario présenta en 2016-17 une production de 55 points en 62 matchs, absolument hallucinant pour un joueur de 16 ans dans la OHL ! La plupart des listes de repêchages le classe entre les positions 5 et 20 en ce moment, et pourtant, avec une production de ce genre, il devrait facilement se glisser dans le top 5. Ce n’est pas le cas. Pourquoi? Car il ne mesure 5’11 », une taille qui repousse les organisation de la LNH. Oui, le défenseur droitier a terminé l’année avec un différentiel de -41, mais il faut savoir qu’il jouait pour l’une des pires équipes dans la OHL, ce qui a un gros impact sur cette statistique. Le défenseur de 5’11 » n’avait non seulement pas l’air d’un des plus jeunes joueurs de la OHL côté statistiques, mais il n’avais pas l’air avoir 16 ans dans une ligue de joueurs à 18-19 ans sur la glace non plus. Lorsqu’on on le regarde jouer, on dirait, en voyant sa vision du jeu et ses habiletés de quart-arrière sur l’avantage numérique, qu’il est l’un des meilleur défenseurs de tout le junior canadien!

Des qualités indéniables

Le #6 du Storm a des mains incroyables, on dirait que c’est trop facile pour lui de déjouer 2-3 adversaires qui tentent de bloquer son chemin. L’Ontarien est aussi très bon pour monter la rondelle d’un bout à l’autre de la patinoire et n’hésite pas à utiliser sa mobilité pour l’aider à transporter le disque rapidement et efficacement. Ses passes sont savantes et très dangereuses. Même avec 2 ou 3 couvreurs sur lui, il réussit toujours à faire cette passe absolument intelligente et imprévisible qui fera mal à l’adversaire et qui crée une bonne occasion de marquer. Quand il n’a pas de place pour trouver la ligne de tir ou pour mettre la rondelle au filet, il coupe toujours vers le centre et sa mission de tirer vers le filet est réussie. C’est impressionnant de voir qu’il est déjà aussi dangereux à son âge et qu’il a presque tous les atouts pour être un excellent quart-arrière dans la LNH plus tard, mais il a encore quelques faiblesses. Il n’est pas le plus fiable défensivement, même s’il se débrouille, et il éprouve parfois de la difficulté à dégager les rondelles devant le filet pour empêcher l’autre équipe de marquer sur les retours. Toutefois, il a encore beaucoup de temps pour améliorer cet aspect du jeu. Son jeu a beaucoup de ressemblances avec un certain Erik Karlsson. Merkley n’a peut-être pas le même talent, mais dans mon livre à moi, il n’est pas très loin du capitaine des Sénateurs.

À quel rang pourrait-il être sélectionné?

Est-ce que Merkley est dans le top 10 des joueurs les plus talentueux du prochain repêchage? Oui! Est-ce qu’il peut percer le top 5 en juin 2018, à Dallas? Oui! Est-ce qu’il peut devenir, s’il ne l’est pas déjà, le meilleur défenseur de cette cuvée après Rasmus Dahlin? Bien sur! Comme j’ai mentionné plus tôt dans le texte, le fait qu’il soit petit va faire craindre plusieurs équipes qui vont malheureusement,préférés passer à côté de lui à cause de cette aspect. Pourtant, cette ère devrait être terminée. Au nombre de bons défenseurs qui ont connu une belle carrière malgré qu’ils se sont fait fait bouder par certains recruteurs et directeurs généraux,Il est temps que les équipes de la LNH se mettent à réfléchir!

Et vous, malgré sa petite taille, voyez-vous Ryan Merkley dans le top 5 au prochain repêchage?

Crédit photo : OHL

Mots clés: , ,