Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Pourquoi Leon Draisaitl ne portera pas le Bleu-Blanc-Rouge


Olivier Therrien - Fanadiens.com

Parmi les nombreuses rumeurs et opinions ayant circulées concernant le Canadien, la supposition proposant que Marc Bergevin devrait effectuer une offre hostile aux Oilers d’Edmonton pour obtenir les services du jeune surdoué Leon Draisaitl en a fait rêver plus d’un. Dans cette deuxième édition de nouvelle chronique hebdomadaire, dans laquelle je tente de désamorcer ces vaines rumeurs, je tâcherai de désamorcer cette idée avant qu’elle ne devienne rumeur.

Pour ceux et celles ne connaissant pas ce jeune attaquant allemand, précisons qu’il a été sélectionnée au troisième rang de la première ronde du repêchage 2014 et qu’il vient tout juste d’exploser offensivement, ayant récolté 77 points en 82 parties lors de la dernière campagne. Avec la présence de Connor Mcdavid au centre du premier trio des Oilers, il va sans dire que ces derniers terroriseront la ligue avec leur attaque au cours des prochaines saisons, alors que Draisaitl commandera vraisemblablement le deuxième trio de la formation albertaine.

Entrave #1 : Le prix de la compensation + le salaire de Draisaitl

En tout premier lieu, il serait assez surprenant de voir Marc Bergevin déposer une offre hostile pour obtenir Draisaitl, puisque le prix pour qu’une telle chose arrive serait inévitablement trop cher. En plus du fait que Peter Chiarelli ait annoncé qu’il égaliserait toute offre dans ce dossier, notons que les demandes salariales du jeune de 21 ans se situent autour de 9 millions par année et ce, à long terme.

Bien que Draisaitl ait réellement une valeur conforme à ses demandes, il va sans dire que le salaire qu’il demande constitue en lui seul un problème majeur, puisque le Canadien serait alors sans aucune marge de manœuvre face à la masse salariale en ce qui concerne la prochaine saison et Bergevin n’aurait pratiquement pas le choix de liquider des joueurs déjà sous contrat à long terme avec le Tricolore et qui sont chers à l’organisation.

Comme si ce n’était pas assez, rappelons également que Leon Draisaitl est un joueur autonome avec compensation, c’est-à-dire que, si le Canadien effectuait vraiment une telle manœuvre, il serait obligé de verser une compensation aux Oilers si ces derniers décidaient de ne pas égaler l’offre. Si nous nous fions au salaire moyen de 9 millions par année comme repère dans notre situation, le Canadien devrait alors deux choix de premier tour, un choix de deuxième tour et un choix de troisième tour afin de compenser les Oilers. C’est énormément cher payé! Il est également à noter que le CH ne dispose pas de deux choix de premier tour pour l’an prochain, la formation montréalaise se verrait donc obligée de conclure un échange afin de disposer de la compensation nécessaire à offrir aux Oilers.

Entrave #2 : offre hostile = réaction hostile?

Il est aussi juste d’ajouter que les offres hostiles sont des phénomènes assez rares dans la LNH d’aujourd’hui. En effet, plusieurs directeurs généraux voient d’un très mauvais œil une telle manœuvre et cela pourrait envenimer plusieurs relations que Bergevin entretient avec d’autres directeurs généraux. Il va sans dire que, suite à un tel «vol», le DG de la Sainte-Flanelle s’aura fait, bien malgré lui, plusieurs ennemis à travers la ligue, ce qui pourrait l’empêcher de conclure des transactions ultérieurement.

C’est donc pour ces deux principales raisons que je conclus en affirmant qu’il serait très surprenant de voir Marc Bergevin déposer une offre hostile dans le dossier de Leon Draisaitl. Malgré ses arguments, seriez-vous tout de même prêts à commettre une telle offre si vous étiez Marc Bergevin?

Mots clés: , , ,