Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

5 ans plus tard…


Max Tixador - Fanadiens.com - Gatineau

Il y a 5 ans…

Le 2 mai 2012, Geoff Molson, le propriétaire du Canadien confirmait l’embauche de Marc Bergevin à titre de Directeur Général de l’équipe.

«Nos priorités sont d’améliorer l’équipe à court terme, de réinstaurer une culture d’équipe gagnante à long terme, de donner aux partisans ce qu’ils méritent, le meilleur produit possible sur la glace, et d’établir une stabilité dans tous les secteurs de notre organisation», a déclaré le président du Canadien lors de l’embauche.

On peut voir clairement 4 missions claires pour l’ex-adjoint au Directeur Général des Blackhawks de Chicago : Améliorer l’équipe à court terme, instaurer une «culture d’équipe gagnante», donner aux partisans ce qui leur est dû et assurer une stabilité dans tous les secteurs de l’équipe. Bergevin a-t-il atteint les objectifs de l’équipe depuis les cinq dernières années ? C’est ce que nous allons voir.

Améliorer l’équipe à court terme 

De 2012 à 2017, Bergevin a donné à l’équipe des bons joueurs pour pouvoir performer à court terme. En 2012-2013, le Canadien a ajouté Francis Bouillon et Colby Armstrong pour amener l’équipe en séries où ils se sont inclinés en 1ere ronde contre les Senators d’Ottawa. En 2013-2014, Daniel Brière, Brandon Prust, Douglas Murray, Dale Weise et Thomas Vanek ont rejoint le Tricolore pour finir compléter la saison dans un revers au mains des Bruins de Boston en finale de Conférence (3e ronde des séries éliminatoires) aux mains des Rangers de New York. En 2014-2015, le Canadien met la main sur Devante Smith-Pelly, Jiri Sekac, Jeff Petry, Manny Malhotra et Sergei Gonchar ; Le Canadien va s’incliner en 2e ronde contre le Lightning de Tampa Bay. En 2015-2016, le Canadien est allé chercher Mike Condon, Mike Brown, Paul Byron, Victor Bartley, Charlie Lindgren, Stefan Matteau, Bud Holloway, Lucas Lessio, Tom Gilbert, Alexander Semin, Philip Danault et Mark Barberio au terme d’une saison ponctuée par les blessures qui mèneront à la première saison sans séries sous l’ère Bergevin. Cette année, le Canadien se grossira avec les acquisitions de Weber, Ott, Shaw, Davidson, King, Martinsen et réalisera une chaude lutte avec les Rangers avant de s’incliner en 6 matchs.

 

Instaurer une culture d’équipe gagnante à long terme

Que voulait dire Geoff Molson quand il a souhaité «une culture d’équipe gagnante»? Fait-il référence aux 3 sacres des Blackhawks de Chicago en 6 ans (Bergevin a participé aux deux premières conquêtes avec les Blackhawks) ou seulement d’être une équipe compétitive à chaque année comme les Red Wings de Detroit qui se sont qualifiés pour une place en séries pendant 25 saisons de suite (séquence qui a pris fin cette saison)? Le fait que le Canadien ait participé aux Séries Éliminatoires de la Coupe Stanley à 4 reprises en cinq ans depuis le début de l’ère Bergevin rempli déjà un bout de la mission. Le Canadien a fini premier de sa division dans 3 de ses 4 saisons où il s’est qualifié pour les séries. Je crois qu’on peut voir la volonté de Bergevin d’une culture gagnante à travers plusieurs de ses transactions. Il a fait l’acquisition d’Andrew Shaw qui a eu un rôle important dans les conquêtes des 3 dernières Coupe Stanley des champions en titre, en plus d’aller chercher l’un des meilleurs défenseurs des dernières années en Shea Weber. «La meilleur façon de bâtir son équipe est par le repêchage» disent les experts. Le DG du Canadien respecte ce que lui a demandé son employeur en n’ayant pas sacrifié des espoirs de grande qualité dans les dernières années. Aussi, le Canadien dispose de l’un des meilleurs dépisteurs de la LNH en Trevor Timmins. Il a souvent eu la chance de nous dénicher des surprises en fin de repêchage (Gallagher, Hudon) ou comme signature (McNiven, Lindgren).

Donner aux partisans ce qu’ils méritent

Le Canadien possède la plus grand Fan Base de toute l’histoire du hockey. Depuis 1997, le nombre de partisans par match au Centre Bell n’a pas été sous 20 000 ! Par comparaison, seulement 3 équipes (Blackhawks de Chicago, Canadiens de Montréal et Red Wings de Detroit) de la LNH ont franchi la barre des 20 000 d’assistances cette saison. Même si les partisans sont un peu bipolaires , les fans du Canadien ont quand même montré une importante source de revenus pour le Canadien et cette Fan Base fait rêver toutes les équipes car elle achète beaucoup, est très assidue et souvent traditionnelle. Le Canadien est assurément un symbole de l’identité québécoise et cela vaut très cher pour les propriétaires de l’équipe. Donc, c’est pour ça que selon eux, c’est important d’avoir des pilotes francophones pour l’équipe et de performer. Pour Molson, les fans méritent la Coupe. Le Canadien a démontré plusieurs signes forts depuis l’arrivée de Bergevin et on semble de plus en plus se diriger vers cet objectif. En 5 ans, c’est dur de recommencer le travail à zéro, mais je crois que Bergevin à relevé le défi et que le meilleur est à venir, les partisans auront ce qu’ils méritent. La seule question qui reste en suspens est comment arriver à la Coupe : reconstruction ou pas ?

2mon

Tableau datant d’avant la saison 16-17. Source : http://hockeybydesign.com/2016/10/2016-nhl-brand-power-rankings/

Assurer une stabilité dans les différents secteurs de l’organisation

 » Dans le monde du sport, la stabilité constitue le premier facteur de succès. Il est donc assez hallucinant de constater que depuis Scotty Bowman (1971-1979) un seul entraîneur du Canadien (Pat Burns) est parvenu à passer quatre saisons derrière le banc de l’équipe.  » -Martin Leclerc. Michel Therrien était sous contrat jusqu’en 2019 avant son congédiement en février dernier. C’est un signe que Bergevin a voulu instaurer une stabilité au titre d’entraîneur-chef. Il a cependant changé ses plans quand le meilleur entraîneur disponible (et l’un des meilleurs entraîneurs de hockey en général) [Claude Julien] s’est fait mettre à la porte par les Bruins de Boston. D’ailleurs, Bergevin y est aussi allé d’un long contrat pour Julien qui devrait piloter le Canadien jusqu’en 2022.

Pour le futur : Recommencer pour mieux régner ?

Même si l’issue de la saison du Canadien a été pour le moins décevante, il faut reconnaître qu’on a démontré de belles choses (comme Artturi Lehkonen) et on a mis en évidence les réels problèmes de l’équipe (comme le manque d’offensive).

Dans la mesure où il y a 29 autres équipes qui visent la Coupe Stanley et que le Canadien a vu plusieurs joueurs clés subir des blessures pendant l’ère Bergevin, je ne le blâme pas pour ne pas avoir amené la Coupe à Montréal. Cependant, il serait important de rebondir dans les prochaines années sans oublier les problèmes encourus lors des 5 premières années pilotées par Marc Bergevin (pour les résoudre), et retenir ses succès (pour bâtir dessus). Une équipe peut être très compétitive sans gagner la Coupe.

Dans ce contexte, une réflexion s’impose : Rebâtir ou pas ? Rebâtir à quel prix ? On a vu les Maple Leafs de Toronto, plus récemment, qui ont subi plusieurs années de misère (le temps de faire le plein de jeunes et talentueux espoirs) avant de devenir une équipe qui a tenue tête à la meilleure équipe de la LNH pendant les séries éliminatoires.

Échanger Price ? Tant que je n’ai pas la certitude que Charlie Lindgren ou Michael McNiven peut jouer 60 matchs et être solide tel un vrai gardien partant, je ne me pose pas la question. Avoir un bon gardien est la base pour bâtir une bonne équipe et tant qu’à avoir le meilleur gardien du monde, je ne perdrais pas la chance de le perdre comme avec Patrick Roy.

Échanger Pacioretty ? Je ne crois pas que le fait d’avoir été réduit au silence pendant la série par le système défensif des Rangers (à qui je donne beaucoup de crédit pour leurs succès) nous donne le droit de fermer les yeux sur sa saison de 35 buts.

Échanger Galchenyuk ? Non catégorique. C’est et ce sera le joueur avec le plus de talent dans l’équipe pour encore bien des années. Une série, c’est trop peu pour oublier son début de saison extraordinaire avant qui’il a connu.

Donc, selon moi, ce n’est pas le temps de recommencer l’équipe à zéro.

Plan quinquénal, invention des journalistes ?

Je lis souvent des médias de hockey et plusieurs fans qui disent que « Bergevin a échoué son plan quinquénal (5 ans) » et que pour cela, il doit être congédié. Peut-être parce qu’à l’embauche de Marc Bergevin, son contrat était d’une durée de 5 ans. Cela dit, je n’ai pas trouvé d’informations qui disaient que Bergevin avait 5 ans pour faire défiler la Coupe sur la rue Ste-Catherine. Le peuple est trop politisé, ils confondent mandat de DG d’équipe LNH avec mandat de chef d’État ou de Gouvernement. Le mandat de Bergevin est de 10 ans contrairement à la croyance populaire. Il n’est qu’à la moitié de son contrat et je n’hésiterais pas à lui offrir une prolongation de contrat à l’issue de son présent contrat. Qui dicte ce que le DG doit accomplir pendant son mandat ? Son employeur, et il doit avoir apprécié comme il lui a offert une prolongation de contrat qui le lie à l’équipe jusqu’en 2022.

Mauvais DG ? Non !

Je crois que Bergevin connaît l’équipe comme sa poche et je crois qu’il agit le plus possible dans l’intérêt du club car il a son poste en jeu. S’il n’est pas allé cherché le centre #1 tant espéré, je suis convaincu qu’il a tenté de le faire, mais que les prix étaient démesurés. Le Canadien était à un gros centre de la Coupe (selon plusieurs experts et fans), le Canadien a repêché le grand Michael McCarron avant qu’il subisse les foudres des fefans qui mettent en évidence son patin sous la moyenne à la place de voir en lui le potentiel d’un futur Brian Boyle. Mine de rien, en échangeant Subban, Andrighetto, Desharnais, Bergevin a répondu a plusieurs demandes de fans. De plus, il a repêché A.Lehkonen, même si on l’a critiqué de ne pas avoir pris A.Duclair. Ce ne sont que des exemples pour expliquer comment c’est un bon DG, surtout dans un gros marché comme celui de Montréal. Disons qu’être DG dans la LNH, c’est un peu plus difficile que de jouer au Playstation avec NHL17 !

Le Canadien a fini 1er de division à 3 reprises sous le règne de Bergevin en plus de faire les séries pendant 4 saisons sur 5. Un bon DG n’est pas nécessairement un DG qui gagne la Coupe. Cependant, je crois qu’il a répondu aux demandes de son employeur et qu’il devra réaliser un parcours en séries plus long que la 1ere ronde dans les prochaines années pour finir son contrat. Il a été nominé parmi les 3 meilleurs DG de la LNH qu cours de sa première saison et est le DG qui travail le plus fort selon plusieurs journalistes.

J’ai confiance en notre DG et je considère les 5 premières années de son mandat comme une réussite !

Et vous, que pensez-vous de Marc Bergevin après 5 ans ?

Image : La Presse

Mots clés: , , , , , , , , , , , ,

2 Réponses “5 ans plus tard…”

  1. gaetan dery
    2 mai 2017 à 10:46

    Hudon a jamais eu une vrai chance à la Gallager tout les espoirs qui avait pas le talent de pouvoir évolué dans la ligue ont eu une chance véritable de ce faire valoir sauf Hudon