Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Une équipe, une famille un sport !


Louis-Alexandre Lalonde - Fanadiens.com - Montréal

Le 23 avril dernier, les Ducs de Laval, une équipe sous-estimée de tous, se sont rendus jusqu’en finale du prestigieux tournoi provincial de la Coupe Dodge dans la catégorie Midget AA. Cette dernière est destinée aux 15, 16 et 17 ans, une période où le développement est important, alors que ceux-ci deviennent des hommes et assument plus de responsabilités. Plusieurs joueurs de 17 ans en étaient alors à leurs derniers coups de patin dans une ligue organisée et compétitive, ce qui rendait chaque match encore plus particulier pour eux.
Cette saison, les Ducs ont du surmonter plusieurs obstacles. Après un début de saison remplie de succès, nous avons vu plusieurs guerriers tomber au combat. Une baisse de régime s’en est suivie, un peu avant le tournoi de Laval. Gonflés à bloc, les joueurs ont su augmenter leurs jeux d’un cran ce qui nous a permis d’être couronnés champions. L’équipe commençait de plus en plus à répondre aux attentes de tous. Après Laval, il y a eu Drummondville, l’un des plus gros tournois provinciaux. Malgré une belle performance, nous avons été arrêtés en demi-finale contre une grande rivalité… les Patriotes de St-Eustache! L’équipe commençait à être davantage soudée et un tournoi à l’étranger, un peu après Drummondville, a été bénéfique pour cimenter l’esprit d’équipe. Niveau hockey, le tournoi de Sherbrooke n’a pas été de toute beauté. Par contre, avec le plaisir que nous avons eu, il a été possible de constater que nous avions une équipe, des entraîneurs mais aussi des parents qui formaient un groupe formidable et surtout unique.
Étant un entraîneur inexpérimenté, il était risqué de me joindre, au début de la saison, à cette équipe déjà soudée puisque plusieurs joueurs évoluent ensemble depuis plusieurs années. Malgré tout, le défi était des plus motivants et me permettait d’apprendre aux côtés d’une brigade d’entraîneurs d’expérience.

Le premier sur la ligne de front de cette brigade était l’entraîneur-chef, Joël Landry, un passionné de hockey de longue date et un chef d’orchestre lorsque venait le temps de rassembler toute l’équipe. Ensuite, trois adjoints complétaient le quatuor : Guylain Côté, Diro Thermidor et moi-même.
Guylain Côté, un entraîneur spontané à la voix portante, savait comment faire passer un message et capter l’attention des joueurs. Derrière des allures de dur se cachait cependant un homme émotif, au grand cœur, qui transmet ses connaissances du hockey aux plus jeunes depuis 32 ans.
Il y avait également Diro Thermidor, un comique toujours là pour détendre l’atmosphère, qui avait toujours un large sourire et qui affichait une grande assurance.
Pour finir, moi-même, un jeune entraîneur qui avait l’apparence d’un jeune écolier sur un banc d’école qui observe et qui apprend.
L’esprit d’équipe n’a pas seulement été l’affaire des entraîneurs. Le gérant de l’équipe, Martin Lefebvre, et le gérant de l’équipement, Paul Shink, qui était également responsable de l’échauffement d’avant-match, ont su transmettre des valeurs importantes à l’équipe. D’ailleurs, Paul et les joueurs se sont créé une routine d’échauffement dont la finale était un déhanchement particulier suivi d’un cri puissant.
À chaque début de saison, tous les espoirs sont permis pour chacune des équipes, mais seulement deux d’entre elles ont la chance de se rendre en finale, et ce, dans n’importe quelle ligue, qu’elle soit récréative, compétitive ou professionnelle. Pour s’y rendre, le talent et les stratégies sur glace font partie de l’équation des équipes championnes, mais ce n’est certainement pas ce qui compte le plus. Ayant pris des notes tout au long de l’année, j’ai pu constater ce qui faisait la différence entre une équipe championne et les autres… c’est la famille! Ici, je ne parle pas des parents des joueurs, bien qu’ils aient une grande influence. Je parle du sentiment de famille qui s’installe dans une chambre de joueurs au fur et à mesure que la saison avance.

Qu’est-ce qu’une famille, au hockey? Aussitôt qu’une majorité de joueurs parle au nous avant le je, nous pouvons commencer à parler d’une famille. L’esprit d’équipe se solidifie lorsque les joueurs se soutiennent autant sur la glace qu’en dehors. Défendre un coéquipier, bloquer un tir pour l’équipe, se positionner devant le gardien adverse au risque et péril de recevoir des doubles-échecs, tous ces gestes ne s’apprennent pas; ils s’acquièrent avec un sentiment d’appartenance envers l’équipe. Voilà la raison pourquoi une équipe formée de gros contrats et de gros égos comme les Capitals de Washington auront toujours de la difficulté à vaincre le caractère d’un Sydney Crosby et la ténacité d’un Evgeny Malkin. Pourquoi? Car l’attitude passe toujours avant les aptitudes! Bien que cette phrase soit un cliché, elle est néanmoins l’une des plus véridiques du monde du sport.
Voilà pourquoi je crois sincèrement que le hockey est l’un des plus beaux sports au monde. Comme Brendan Shanahan a déjà dit : « Les joueurs de hockey ont besoin d’avoir la force d’un joueur de football, l’endurance d’un coureur de marathon et la concentration d’un neurochirurgien… tout ça, alors que cinq joueurs adverses essaient de te faire mal! Sans oublier que les joueurs sont sur des lames de 1/8 de pouces! »

Bref, après une saison remplie de hauts et de bas, je peux vous certifier que les Ducs ont été en finale en raison de leur esprit d’équipe. Je peux également vous dire que les 16 jeunes qui composaient cette équipe ont su, main dans la main, malgré des personnalités et des vécus différents, travaillé fort pour devenir une équipe championne.
Ils nous ont fait verser des larmes de joie, de fierté, mais également de tristesse en raison de la fin de cette belle histoire. Je suis convaincu qu’ils auront tous un brillant avenir. Je leur dis MERCI de m’avoir appris beaucoup plus que les simples rudiments du hockey, mais aussi ce qu’est une vraie de vraie équipe!

Mots clés: , ,

2 Réponses “Une équipe, une famille un sport !”

  1. Annie
    30 avril 2017 à 5:18

    Très beaux texte …j’adore!!!

  2. Caroline
    2 mai 2017 à 2:27

    Wow!! Bravo les Ducs!!!