Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Chroniqueur d’un jour: Une rivalité vécue de l’intérieur


Sandrine Gendron - Fanadiens.com - Montréal

La rivalité Montréal-Toronto

Le 29 octobre 2016, le Tricolore affrontait les Maple Leafs de Toronto pour la 733e fois de leurs histoire.  Cette rivalité existe depuis les débuts de l’existence de la Ligue National de Hockey, en 1917. Avant ce match, le Bleu-Blanc-Rouge présentait une fiche de (350-286-88) face aux Maple Leafs. Contre cette même équipe, la Sainte-Flanelle avait marqué un total de 2242 buts, alors que les Leafs en avaient marqués 2026. Le 29 octobre marquait aussi le passage du tout premier choix au repêchage 2016, Auston Matthews en ville.  Avant cette rencontre, la jeune recrue de 19 ans trônait au sommet du classement pour le nombre de buts marqués, avec  6 buts en 7 rencontres. Il était aussi le deuxième meilleur pointeur de la ligue, tout juste derrière l’autre prodige :Connor McDavid, avec 10 points. J’avais déjà assistée à plusieurs matchs, mais moi cette journée-là, je m’apprêtais à me rendre au Centre Bell pour assister, pour la première fois de ma vie, à un match de rivalité…

Alors que j’attendais impatiemment que le Centre-Bell ouvre ses portes, je sentais déjà la fébrilité qui entourait cet affrontement entre les Canadiens et les Maple Leafs. Malgré la pluie qui s’abattait tristement sur la métropole, avant même que les portes soient ouvertes, on pouvait entendre le fameux *Go Habs Go!*. Enfin, les portes se sont ouvertes et c’est là que mon expérience à réellement débuté. Pour ce classique du samedi soir, nous avons reçu un foulard du Canadiens, un autre article qui s’ajoute aux nombreux objets que je possède déjà. Encore une fois, l’organisation a mis le paquet pour la cérémonie d’avant-match et ça l’a mis le feu dans la place comme qu’on le dit.  Ce sont nous les fans qui ont chanté le Ô Canada et je peux vous dire que malgré ma voix qui faussait énormément lors du chant, j’avais des frissons à entendre plus de 21 000 personnes chanter.  Tout était mis en place, pour un bon match de hockey.

L’intensité est au rendez-vous!

Dès le début de la rencontre, nous sentions que l’intensité était au rendez-vous. Des mises en échecs étaient distribuées, les joueurs se donnaient des coups de bâtons ici et là, il y avait de la bousculade entre les arrêts de jeu… Bref, c’était vraiment un match opposant les Leafs au Tricolore. À chaque tir des Canadiens, à chaque occasion de marquer, à chaque mise en échec, la foule se mettait à crier et à encourager le Bleu-Blanc-Rouge. Je ne pouvais pas faire autrement que de me laisser entraîner par les autres partisans et de crier pour encourager le CH. C’est en deuxième période qu’un but a finalement été compté, c’est Chucky qui a ouvert la marque, suite à un super jeu et une superbe passe de son compatriote Alexander Radulov.

Les Leafs ont ensuite répliqué en début du troisième vingt, lorsque Nazem Kadri a redirigé le tir de William Nylander, alors que le capitaine Max Pacioretty s’était dirigé au cachot pour rudesse contre Matt Martin. Suite à ce but, la foule était soudainement plus tranquille… Les Leafs eux, semblaient prendre de plus en plus de terrain et cognaient de plus en plus à la porte. Mais Carey Price, fidèle à ses habitudes a effectué tout un arrêt au dépend de Connor Carrick, certainement un des meilleurs arrêts de la saison!

Environ une minute après, c’est nul autre que Shea Weber qui a fait scintillé la lumière rouge, avec son boulet canon qu’il a décoché, alors que le Tricolore évoluait à 4 contre 3.  Shea Weber a donc été le marqueur du but gagnant, dans une victoire par la marque de 2 à 1 de la Sainte-Flanelle! Si ça n’avait pas été de Price qui a fait 37 arrêts face à la jeune formation des Maple Leafs, probablement que le CH ne s’en serait pas sorti avec une huitième victoire consécutive.  Carey Price s’est mérité la première étoile du match, Shea Weber la seconde étoile et enfin William Nylander a obtenu la troisième. Après la rencontre, c’est Shea Weber qui a répondu aux questions de Renaud Lavoie.  Tellement que la foule acclamait l’auteur du but gagnant, nous avions de la difficulté à bien entendre l’entrevue, on pouvait même entendre les gens scander son nom « Weber! Weber! Weber! » Nous avons même pu apercevoir un sourire à ses lèvres!

Pour conclure, cette visite au Centre Bell a probablement été celle qui m’a le plus marqué, car l’ambiance dans un match contre un de nos grands rivaux n’est même à comparer avec celle qu’il y a contre les autres équipes. J’ai adoré mon expérience, et je souhaite à tout le monde d’en vivre une telle… Avez-vous déjà assisté à un tel match? Comment s’est passé votre expérience?


Mots clés: , , , ,

3 Réponses “Chroniqueur d’un jour: Une rivalité vécue de l’intérieur”

  1. Pierre Gendron
    9 novembre 2016 à 6:58

    Très bon article Sandrine!
    Continue de faire un si bon travail!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *