Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Top 20 : meilleurs choix du Canadien au repêchage (Partie 2)


 Wilson Salaun

On parle trop souvent des mauvaises décisions que le Canadien a pris lors des repêchages passés, et trop peu des meilleures décisions. Puisque la loterie est demain, nous vous proposons un top 20 des meilleurs choix du Canadien au repêchage, depuis 1963. Deuxième partie ! 

Numéro 10 : Carey Price, Gardien, 1ere ronde et 5eme choix au total en 2005. 

Le récipiendaire des trophées Hart, Vezina, William M. Jennings et Ted Lindsay en 2015 est actuellement le meilleur gardien du monde. Price est sûrement l’une des meilleures prises au repêchage des 10 dernières années, chez le Tricolore. Il a remporté en 2007 la Coupe Calder, et le Trophée Jack A. Butterfield, remit au meilleur gardien des séries, dans la LAH. Il n’a joué que 12 matchs cette saison, dû à une blessure à son ligament collatéral interne de son genou droit. Avec un total de 447 matchs joués dans la LNH (tous avec le Canadien), Price a une fiche de 233-155-50, avec 36 blanchissages et une moyenne de 2,43, ainsi qu’une efficacité de ,920.

image (3)

Carey Price

Numéro 9 : Guy Carbonneau, Centre, 3eme ronde et 44eme au total en 1979. 

L’ancien des Saguenéens de Chicoutimi a gagné 3 Coupes Stanley : deux avec le Canadien et une avec les Stars de Dallas. Ayant été capitaine du Canadien, « Carbo » a disputé 1318 parties dans la grande ligue, et a marqué 260 buts et a obtenu 403 mentions d’aides, pour une récolte de 663 points. Sa meilleure saison a été en 1984-1985, avec 57 points d’accumulés, dont 34 aides. Il a remporté trois trophées Selke durant sa carrière, soit en 1988,1989 et 1992.

Numéro 8: John LeClair, Ailier gauche, 2eme ronde et 33eme choix au total en 1987.

Même si il a joué la majorité de sa carrière à Philadelphie avec les Flyers (échangé en 1994 avec Gilbert Dionne et Eric Desjardins contre Mark Recchi), John LeClair a été une excellente prise pour le Tricolore (au départ). Il a explosé à Philadelphie, récoltant trois saisons de 50 buts et plus d’affilées, de 1995 à 1998. Sa meilleure saison avec le Canadien était durant la campagne 1992-1993, récoltant 44 points, dont 19 buts. Au final, LeClair aura disputé 967 matchs dans la LNH, et a totalisé 406 buts pour 819 points. Il a remporté deux fois le Bud Light Plus-Minus, remit au joueur qui a connu le meilleur différentiel de +/- durant la saison. Il a soulevé la Coupe Stanley avec le Canadien en 1993.

Numéro 7 : Stéphane Richer, Ailier gauche, 2eme ronde et 29eme choix au total en 1984. 

Premier marqueur de 50 buts chez le Tricolore en 1988, depuis Guy Lafleur en 1980, le natif de Ripon a joué avec le Canadien, les Devils, le Lightning, les Blues et les Penguins, entre 1984 et 2001. Avec 1054 parties de jouées, Richer a marqué 421 buts dans la LNH, et a inscrit 398 aides pour un total de 819 points dans sa carrière. Il a dans sa poche deux saisons de 50 buts et plus dans sa carrière (toutes avec le Canadien). Réputé pour être un joueur avec des résultats en dents de scies, Richer a été échangé en 1991 aux Devils du New Jersey, où il y connaîtra du succès, avec 146 buts marqués en 350 matchs. stephane-richer

Numéro 6 : Chris Chelios, Défenseur, 2eme ronde et 40eme choix au total en 1981. 

Surtout reconnu pour ses talents de passeur, Chelios a soulevé 3 fois la Coupe Stanley : une avec Montréal en 1986, et deux autres avec les Red Wings en 2002 et en 2008. Il a, de plus, remporté 3 trophées Norris, en 1989, 1993 et en 1996. Il a joué 1651 matchs dans la LNH, et compte 948 points au total. Sa meilleure saison était en 1988-1989, avec le Canadien, où il accumula 73 points dont 58 passes. Il a égalé cette marque en 1992 -1993, alors qu’il jouait pour les Blackhawks de Chicago. Il a en plus été capitaine du Canadien en 1989.

Numéro 5 : Mats Naslund, Ailier gauche, 2eme ronde et 37eme choix au total en 1979. 

Le « Petit Viking » a joué 651 parties et a marqué 251 buts et 383 aides pour un total de 634 points. En 1985-1986, Naslund est le premier joueur du Canadien a marqué plus de 100 points en une saison (il a marqué 43 buts et a délivré 67 aides pour 110 points), depuis Guy Lafleur en 1980. Le joueur de 5’7″ a  connu deux saisons de 40 buts et plus, coup sur coup, entre 1984 et 1986. Il a remporté la Coupe Stanley en 1986 avec le Canadien, et le trophée Lady Byng en 1988.

Numéro 4 : Steve Shutt, Ailier gauche, 1ere ronde et 4eme choix au total en 1972. 

Avec une saison de 105 points, et deux autres de 89 et 86 points, Shutt comptabilise 817 points en 930 matchs dans la LNH, alors qu’il atteint un sommet en carrière en 1976-1977, où il marque 60 buts. Jouant aux côtés de Jacques Lemaire et de Guy Lafleur, Shutt est l’un des joueurs dominants à l’époque, chez le Canadien.

Numéro 3 : Larry Robinson, Défenseur, 2eme ronde et 20eme choix au total en 1971. 

De la même cuvée que Guy Lafleur, Robinson était l’un des défenseurs les plus dominants de sa génération, ayant remporté 2 trophées Norris, et un Conn Smythe. De plus, « Big Bird » a soulevé six Coupes Stanley, et a joué 1345 matchs dans la LNH, accumulant 958 points. Formant le Big Three avec Serge Savard et Guy Lapointe, Robinson a, à la fin de sa carrière, un différentiel de + 730. Il a disputé 20 saisons dans la LNH, dont 17 avec le Canadien et le reste avec les Kings de Los Angeles. En novembre 2007, son chandail est retiré par le Canadien de Montréal. Il est intronisé au Temple de la Renommée en 1992.

505430216

Larry Robinson avec le Conn Smythe, en compagnie de Serge Savard et Guy Lapointe.

Numéro 2 : Patrick Roy, Gardien, 3eme ronde et 51eme choix au total en 1984. 

Patrick Roy a gagné 4 Coupes Stanley, deux avec le Canadien (1986 et 1993), et deux avec l’Avalanche du Colorado (1996 et 2001). Il a joué 1029 matchs dans la LNH, possédant une fiche de 551-315-131, une moyenne d’efficacité de ,910 % et une moyenne de buts encaissés de 2,54. Il a un palmarès plutôt bien nanti (retenez votre souffle, ça va être long) : une Coupe Calder en 1985, trois trophées Vezina (1989,1990 et 1992), cinq trophées Jennings ( 1987, 1988, 1989, 1992 et 2002.), et trois trophées Conn Smythe (1986, 1993 et 2001). Il est le deuxième gardien avec le plus de parties jouées en saison régulière (1029), le gardien avec le plus de victoires en séries éliminatoires (151), et le cerbère avec le plus de matchs joués durant la valse du printemps (247). Ses deux numéros 33 ont été retirés par l’Avalanche en 2003, et par le Canadien en 2008. Patrick Roy a en plus été intronisé au Temple de la Renommée en 2006. Roy était l’un des gardiens les plus dominants de son époque (peut-être même le gardien le plus dominant). Toute une prise pour un choix de 3eme ronde.

486118-patrick-roy-souleve-coupe-stanley

Patrick Roy avec la Coupe Stanley en 1986.

Numéro 1 : Guy Lafleur, Ailier droit, 1ere ronde et 1er choix au total en 1971.

Le « démon blond » a joué 1127 matchs dans la LNH, dont 962 avec le Canadien, et a remporté 5 Coupes Stanley (1973,1976,1977,1978 et 1979). Il a passé le reste de sa carrière avec les Rangers et les Nordiques. Lafleur est le joueur le plus dominant que le Canadien de Montréal ait connu. Quand on regarde ses chiffres dans le junior ,  on pouvait déjà s’attendre à ce qu’il devienne un monstre :

lafleur 1

Avec 379 points en 118 matchs, il faut dire que l’ancien des Remparts de Québec s’en allait dans la bonne direction.

Avec 1353 points dans la LNH, « Flower » était l’âme du Canadien. Il a connu six campagnes
d’affilées avec plus de 125 points en banque en une saison, de 1974 à 1980. Pendant ces années, Lafleur connait cinq saisons de 50 buts et plus, et une de 60 buts.

lafleur 2.PNG

Pas si pire, comme statistiques.

Au final, Lafleur aura été garni au niveau des trophées individuels :

lafleur 3.PNG

De plus, son numéro 10 a été retiré par le Canadien en 1985.lafleur 4

MENTIONS HONORABLES : Max Pacioretty, Doug Risebrough, Craig Conroy, Rod Langway, Mike Ribeiro, Tomas Plekanec et Jose Theodore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About Wilson Salaun