Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Apparemment, Bergevin et le statut quo, c’est l’amour fou.


Wilson Salaun

Marc Bergevin, Geoff Molson et Michel Therrien ont, cet après midi, fait le bilan de fin de saison, au Complexe Sportif Bell de Brossard. Retour sur les points essentiels à retenir.

  1. On a apprit qu’il avait fait des offres de transactions audacieuses :« J’ai même fait des offres audacieuses qui ont été refusées. En y repensant, je me disais que c’était un peu risqué, mais j’étais prêt à le faire. Je suis convaincu que vous m’auriez regardé en pensant que ce n’était pas une bonne chose. »

2. Bergevin croyait que Price allait revenir en janvier :« Selon les informations des docteurs on croyait qu’il serait de retour en janvier. À ce moment, Mike se débrouillait bien et l’équipe tenait le coup. Rien ne me laissait croire que je devais acquérir un gardien. Quand les choses ont commencé à mal tourner, j’ai fait des appels, comme je le fais toujours, et on ne pouvait pas s’améliorer avec ce qu’il y avait de disponible. C’est très difficile de se remettre de la perte de son gardien numéro un ». On connait la suite de l’histoire, le Canadien a continué de s’enfoncer dans un trou.

3. Bergevin n’est pas prêt à chambouler l’équipe, et attend le retour de Price:« De là à paniquer et tout changer, je ne suis pas prêt à faire ça. C’est certain que je vais évaluer toutes les facettes de l’équipe pour aller de l’avant, mais je ne suis pas prêt à tout virer à l’envers (…) C’est certain que Price est un gros morceau, on le savait et on ne s’en cache pas. On n’est pas gêné de ça non plus. Le perdre, ça nous a fait mal, mais je vais toujours regarder pour améliorer l’équipe. C’est le mandat que Geoff  m’a confié et je ne vais jamais arrêter ».

4. Le DG du Canadien n’a pas vraiment admis que son équipe avait des faiblesses…:« Si on avait joué pour une moyenne de ,500 en décembre, on aurait accédé aux séries. Est-ce que les joueurs, Michel ou moi avons échoué? Je trouve que c’est un gros mot. Je pense plus qu’on aurait pu faire mieux (…)Même quand on perdait le club jouait bien. Ce qui nous a fait mal, ce sont les buts accordés. Ça me dit que si tu ne te défends pas bien, tu ne peux pas gagner. Je ne dis pas qu’il faut jouer un style défensif, il faut être responsable et il y a une grosse différence.  »

image (4)

Bergevin en conférence de presse, le 11 avril 2016.

5. Non, Bergevin ne vous écoutera pas, guys :« Jusqu’à preuve du contraire, on a le meilleur gardien et il n’était pas là. Est-ce qu’on aurait dû mieux faire? Oui. C’est mon travail de corriger les choses, c’est ma responsabilité. Je respecte les partisans, ils ont tous leur opinion et je la respecte, mais je ne ferai pas ce qui est populaire ou ce qu’ils veulent. Je vais agir pour le meilleur intérêt du club selon mes connaissances ». Il a reconnu que le leadership n’avait pas été au niveau où il aurait dû être :« Je pense qu’il y a eu un manque, ils ont traversé une période difficile. Comme groupe, il y a eu une déficience, mais j’aime croire qu’ils ont grandi avec de telles expériences. L’important, ça demeure comment on se relève. »

PC_160411_a89dp_therrien-bergevin-molson_sn310.jpg

Bergevin en compagnie de Therrien et de Molson. 

6. La meilleure façon de s’améliorer à l’attaque est le repêchage :« Toutes les équipes ont des besoins et tous les directeurs généraux recherchent des marqueurs. Les meilleurs buteurs sont rarement disponibles. La solution est d’en repêcher un et ça prend du temps pour le développement comme on a pu le voir avec Alex Galchenyuk. Il y a également le marché des joueurs autonomes, on va observer les options, mais les joueurs peuvent aussi choisir parmi les 30 équipes (…) On se prépare pour repêcher au neuvième rang et, en parlant avec Trevor, on devrait obtenir un bon joueur, mais il ne sera probablement pas prêt l’an prochain. » L’ancien défenseur des Blackhawks de Chicago a ensuite énoncé qu’en finissant en séries, tu devenais parfois victime de ton succès :« Quand tu repêches 25e ou 26e, tu deviens victime de tes succès. Il y a quand même des choses que tu ne peux pas développer, surtout le talent offensif. Tu peux aider le joueur à progresser, mais ça n’arrive pas souvent qu’il devienne un joueur spécial. »

7. Il a ensuite parlé du noyau de l’équipe :« Dans le monde du sport, je ne pense pas que ça existe des intouchables. Mais ce n’est pas mon intention d’échanger Price, Subban, Galchenyuk ou Gallagher. »

8. Il a reconduit tous le staff, à l’exception de Greg Ramsey :« Le jour viendra où même moi, je ne serai pas ici. Mais aujourd’hui, ce n’est pas le temps pour Michel Therrien. Je suis derrière lui, je crois vraiment en lui et je sais que nos joueurs croient en lui ».

9. Il faisait chaud à Montréal cet hiver :« Est-ce que P.K. est apprécié de ses coéquipiers? Je le crois. Est-ce que Max et lui sont comme les deux doigts de la main? On ne le sait pas ici, mais peut-être que Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk se sont chicanés à quelques reprises cette année, c’est possible. C’est comme si tu t’en vas en vacances avec toute la famille, qu’il faut chaud et qu’il n’y a pas d’air climatisé. Ça va se chicaner un peu plus!  »

10. Bergevin a freiné les suppositions de mauvaise entente entre Therrien et Subban :« Le travail d’un entraîneur n’est pas de se faire aimer par 23 joueurs. C’est de se faire respecter et parfois, il doit faire passer son message avec un peu plus de rigidité. C’était la même chose dans toutes les équipes dont j’ai fait partie. Je ne dis pas que P.K. aime ou n’aime pas Michel. Ce que je sais, c’est que depuis que Michel est ici, P.K. a été nommé deux fois pour le trophée Norris, a été le meneur de notre équipe au niveau du temps d’utilisation et plusieurs aspects de son jeu se sont améliorés. Dans l’ensemble, sous les ordres de Michel, P.K. est devenu un défenseur pas piqué des vers. »Therrien a ensuite rajouté :«J’ai du plaisir à travailler avec P.K. C’est un gars qui vient jouer au hockey, un travaillant, un passionné. C’est le fun de travailler avec lui! »

Finalité de l’histoire : ne vous attendez pas à de grands changements durant la saison. C’est ce que je dénonce le plus. Le problème est que Bergevin est sincère dans ce qu’il dit, et le statut (quasi) quo est encore de rigueur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *