Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

16 en 16 pour les Séries: #5 – Les Panthers de la Floride


En statistiques

 Après avoir connu une saison plutôt correcte l’année dernière, terminant au dixième rang de l’association de l’Est et à 8 points d’une place en séries, on s’attendait pratiquement au même sort cette saison chez les Panthers. Toutefois, ceux-ci ont fait taire la grande majorité de la planète hockey depuis le début de la saison. En effet, après 79 matchs, ceux-ci trônent au premier rang de la division Atlantique avec 100 points et se sont assurés d’une place en séries pour la première fois depuis la saison 2011-2012 où ils avaient été battus en 7 matchs par les Devils, et ce, dès le premier tour. Non seulement leurs 45 victoires, jusqu’à présent, leurs donnent le quatrième rang dans l’Est à ce chapitre, mais elles constituent aussi un record de franchise. Leurs 225 buts marqués les placent à égalité au 6e rang de la ligue nationale, et leurs 194 buts accordés les placent au 7e rang du circuit Bettman à ce chapitre. De plus, leur différentiel de +31 les place au premier rang de l’Atlantique, à égalité avec leur rival de la Floride, le Lightning de Tampa Bay.

 Leurs points forts

 Les Panthers comptent sur l’un des meilleurs groupes de jeunes joueurs de toute la Ligue. Jonathan Huberdeau 22 ans (19-37-56), Aleksander Barkov 20 ans (26-29-55), Vincent Trocheck 22 ans (25-28-53), Aaron Ekblad 20 ans (14-18-32), ne sont que quelques-uns de ceux-ci. Avec des jeunes qui performent de cette manière, les Panthers n’ont pratiquement pas besoins de vétérans…

Parlant de vétéran, on ne peut passer sous silence l’excellent Jaromir Jagr, l’homme, la légende sur glace performe de manière exemplaire depuis le début de la saison. Malgré ses 44 ans, il demeure la pierre angulaire de l’attaque avec ces 26 buts et 62 points en 75 parties.

Ajoutons à cela l’arrivée de Jiri Hudler, les performances incroyables de Luongo et Montoya depuis le début de la saison, ainsi que le super travail de Gerard Gallant derrière le banc et nous avons un mélange recrues-vétérans qui peut faire peur à n’importe quelle autre formation.

 Leurs points faibles

 Après une saison si formidable, il est difficile de trouver un point faible à cette équipe. Par contre, il y a un facteur à ne pas négligé : la fragilité du noyau de l’équipe. Bjugstad, Barkov, Huberdeau, Gudbranson et Trocheck sont des joueurs qui ont leur billet au premier rang à l’infirmerie, le facteur blessure n’est pas à négligé en vue des séries éliminatoires. Du hockey plus physique pourrait être difficile à gérer pour les fragiles joueurs de la Floride. De plus, la défensive peut poser problème, l’inexpérience en séries des Gudbranson, Ekblad, Petrovic et Kulikov, qui totalisent à eux 4 seulement 14 matchs d’expérience lors de la danse du printemps, pourrait donner de trop grandes responsabilités à un vétéran comme Bryan Campbell, dont les meilleurs années sont derrière lui.

 Ils gagneront la Coupe Stanley si …

Si les joueurs clés évitent les blessures et que les jeunes défenseurs réussissent à livrer la marchandise, malgré leur peu d’expérience. De plus, Roberto Luongo se devra d’être le gardien qu’il a été lors des séries de 2010-2011, alors qu’il avait aidé les Canucks à atteindre la finale. Si lui et son adjoint Al Montoya font le travail, les partisans des félins peuvent très bien croire en leur chance de remporter la tant convoitée Coupe Stanley.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *