Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

ZONE GLISSANTE : #FireTherrien


Nouvelle chronique écrite par Kevin Malenfant, abordant un sujet controversé chaque semaine.

cdsd

Chroniques de Kevin Malenfant

La fin de Michel Therrien à Montréal ? Les fans croient que oui, les panélistes de l’Antichambre défendent toujours leur vieil ami. Mais le mot-clic qui est toujours aussi populaire ces jours-ci; est-il un caprice de partisans mécontents ou un besoin réel ?

Je crois qu’il s’agit d’un vrai besoin : Therrien doit être congédié pour que le Tricolore continue d’avancer. Sous les ordres de Michel (spécialement cette saison), le slogan adopté par le Canadien, «No Excuses», semble avoir été mis de côté, voir avoir été remplacé par «Nos excuses». Chaque conférence de presse, les discours justifications de Michel se ressemblent. La situation n’est certes pas facile à gérer, surtout dans un marché comme Montréal, où la pression médiatique est énorme. Toutefois, on ne peut pas nier certains faits concernant le travail de Michel Therrien*.

Premièrement, le système de jeu du Tricolore depuis son arrivée semble dépassé et est très prévisible. Ce système défensif qui jadis fonctionnait était supporté par des performances époustouflantes de Carey Price, une sorte de camouflage qui mettait dans l’ombre le manque de punch à l’attaque de l’équipe. Voler des matchs, ce n’était qu’une habitude pour le numéro 31. Cependant, depuis sa blessure, Therrien a été incapable de s’adapter à la perte de son gardien et cela a mené vers une descente infernale vers les bas fonds du classement. Cette incapacité à s’adapter aura coûter très cher au Canadien. Sa fiche de 142-68-25 avec le Tricolore (avant la blessure de son gardien); il la doit presque entièrement à Carey Price: la véritable raison du succès de l’équipe.

Deuxièmement, le maniement des trios. Combien de fois un trio qui fonctionnait fut séparé pour faire plaisir à d’autres joueurs qui ne produisaient pas ? Changer des formules gagnantes, ou encore modifier l’alignement à chaque match n’aide pas dans l’ambiance et dans les performances de l’équipe. Les joueurs n’ont pas le temps de s’adapter à leurs nouveaux compagnons de trio qu’ils en sont déjà séparés au match suivant. Ta salade de fruit, Michel, elle n’est plus potable à Montréal.

Troisièmement, le développement de jeunes joueurs est très dur et mal organisé sous les ordres de Therrien. Comment expliquez-vous que lors d’une période de tests pour les jeunes joueurs, David Desharnais obtienne encore plus de temps de jeu que Galchenyuk (oui, l’ancien 3ème choix au total qui en est à sa quatrième année) ? Comment expliquez-vous que McCarron a obtenu un gros 11 minutes de temps de jeu, le troisième plus bas total chez les attaquants ? J’ai bien de la difficulté à trouver une réponse logique à ces questions. Michel avait affirmé plus tôt que McCarron terminerait la saison à la position de centre…À l’entraînement, il pratiquait sur le premier trio à l’aile de Galchenyuk et Pacioretty… Il a finalement commencé le match au centre, mais sur le quatrième trio ! Come on, coach !

Quatrièmement, l’avantage numérique est un des pires de la LNH**. Je vous rappelle que la solution de l’entraîneur, hier, a été d’insérer David Desharnais dans la première vague. Depuis 2012-2013, le Canadien traine au 24ème rang de la LNH pour l’efficacité en avantage numérique (17,2%). Lors des deux dernières saisons, le pourcentage de réussite est de 16,1%, bon pour le 27ème rang de la LNH. Seuls les Sabres, les Jets (16%) ainsi que les Maple Leafs (15,5%) ont fait pire. En général, la difficulté du Canadien à marquer est évidente et Marc Bergevin devra remédier à ce problème.

* Michel Therrien a déja été congédié par le Canadien et les Penguins. Il y a une raison.

**Rappel : Le CH compte P.K. Subban, Max Pacioretty et Alex Galchenyuk dans ses rangs. Pas Colin Greening, Brad Boyes et Jake Gardiner.

En bref, je crois que Marc Bergevin devrait profiter des déboires de l’équipe pour congédier son entraîneur-chef. Qui pourrait être le remplaçant ? Guy Boucher, Marc Crawford, Benoit Groulx ou…Patrick Roy ?

En conclusion, j’ouvre deux nouveaux terrains glissants.

Patrick Roy reviendrait-il avec le Canadien ?

Est-ce que le français doit toujours être un critère d’embauche ?

À suivre sur fanadiensexpress.com !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About Kevin Malenfant