Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

L’hécatombe se poursuit chez le Canadien


Une autre mauvaise nouvelle est survenue pour le Canadien de Montréal. Lars Eller et Stefan Matteau n’ont pas pu affronter le Wild du Minnesota. La blessure subie par Matteau porte maintenant à 10 le nombre de joueurs réguliers blessés chez le tricolore. Nous ne comptons pas Lars Eller dans les blessés, car il est atteint d’un virus, mais cela porte tout de même à 11 le nombre de réguliers qui ont été absents contre le Wild.

                                      Chronologie d’une hécatombe non-annoncée

Les blessures font assurément partie des aléas du métier. Les dirigeants des équipes en tiennent toujours compte dans leur préparation. Marc Bergevin, Michel Therrien et compagnie ne s’attendaient sûrement pas toutefois à devoir composer sans la moitié de l’équipe ! Voici une petite rétrospective de cette histoire d’horreur.

En novembre la pièce maîtresse de l’équipe se blessait à nouveau: Carey Price nous quittait. En janvier, Paul Byron, l’un des meilleurs joueurs du Canadien pendant la difficile période que vit l’équipe depuis décembre, se blesse. Quelques jours plus tard, Daniel Carr, qui était devenu un de nos meilleurs buteurs, devait déclarer forfait à son tour.
Malgré l’hiver plutôt clément jusqu’ici, le mois de février vient jeter un froid sur les partisans du Canadien, alors que l’hécatombe débute réellement. En effet, 5 joueurs tombent au combat: Jeff Petry, Brian Flynn, David Desharnais, Tom Gilbert et Nathan Beaulieu. Paul Byron revient par contre prêter main forte à l’équipe.

En mars ce fut de mal en pis. Brendan Gallagher et P.K. Subban s’ajoutent à la liste. Avec la perte de ces deux guerriers, le tricolore se retrouve subitement privé des trois joueurs que je listais comme intouchables dans un article précédent. Le troisième étant, bien évidemment, Carey Price.

                                                   Carey Price: Rien ne presse

Puisque nous parlons de Carey Price, abordons un sujet délicat. Étant donné que nous pouvons déjà classer cette saison dans la catégorie des saisons à oublier, pourquoi hâter le retour de notre cerbère vedette ? Avec 4 de nos défenseurs réguliers blessés, notre meilleur ailier droit manquant et 4 autres de nos attaquants réguliers absents, jumelé au fait qu’il nous faudrait gagner presque tous nos prochains matchs, nous pouvons dire que participer aux séries est une utopie. Précipiter le retour de Price ne servirait à rien. Mieux vaut continuer les expériences avec les jeunes, laisser notre gardien numéro 1 se rétablir complètement, obtenir un bon rang de sélection au prochain repêchage, et repartir en force l’an prochain.

                                                     Du positif quand même

Dans cette saison d’horreur, c’est difficile de voir du positif. Pourtant, il y a une lueur d’espoir dans toute cette noirceur. Cette hécatombe de blessure nous a permis de découvrir quelques joueurs. Mike Condon nous a prouver qu’il va devenir un très bon 2ème gardien. Mark Barberio nous a démontré de belle choses et si il joue une saison complète, une récolte d’une trentaine de points est possible dans son cas. Sven Andrighetto , avec sa vitesse et son cœur au ventre, nous a prouvé qu’il va être un excellent joueur de 3ème trio. Michael McCarron, avec son gabarit et sa fougue, apporte un élément de robustesse qui manquait cruellement à cette équipe. Le meilleur est donc à venir avec le Canadien. Lorsque tous les joueurs seront en santé, Marc Bergevin devra prendre des décisions. Certains joueurs vont donc devoir partir. Lesquels ? Nous aurons les réponses cet été. C’est donc une histoire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *