Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Autopsie d’une saison à oublier


Capture_d’écran_2016-03-10_à_11.59_.23_

Louis-Alexandre Lalonde

Le début de saison prometteur des Canadiens de Montréal a donné espoir à bien des partisans et plusieurs d’entre-eux les voyaient déjà comme de sérieux aspirants à la coupe Stanley. Avec une fiche de 14-4-2 dans les 20 premiers matchs, la Sainte-Flanelle brillait au haut du classement de la Ligue nationale de hockey. Comment peut-on alors expliquer qu’une équipe chute du 1er au 13e rang de l’association de l’Est en l’espace d’exactement 53 jours?

Il est clair que la perte de Carey Price y a été pour beaucoup. Plusieurs autres facteurs sont néanmoins à considérer, à commencer par le manque d’attaque du CH.  Marc Bergevin croyait bien avoir trouvé une solution à court terme sur le flanc droit avec l’embauche de Zack Kassian et Alexander Semin, deux joueurs avec beaucoup de potentiel, mais reconnus pour leur manque de constance. Nous connaissons tous la suite, Kassian fut intégré à un programme de désintoxication à la suite d’un accident de voiture et Semin est retourné en Russie après avoir été soumis au ballotage.

Bien que Dale Weise et Paul Byron aient bien répondu offensivement pour combler la perte de ces deux joueurs, Brendan Gallagher était le seul ailier droit avec un potentiel offensif suffisant pour faire partie d’un top 6. En début d’année, les troisième et quatrième trios ont donné une production offensive bien au-delà des attentes, ce qui a également faussé la donne et fait croire que les Canadiens avaient une attaque bien répartie et redoutable. Il fallait cependant bien se douter que des joueurs comme Torey Mitchell, Bryan Flynn, Tomas Fleishman et Dale Weise n’allaient pas produire à ce rythme durant 82 matchs. Cette contribution offensive en pente descendante, combinées avec les multiples blessures à des joueurs clés tels que Price, Gallhager, Petry et Desharnais ont aussi contribué au ralentissement de l’équipe.

Tous ces facteurs ont fait en sorte que les plans de la direction des Canadiens ont radicalement changé en cours de route. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’à la date limite des transactions, les séries éliminatoires étaient déjà pratiquement hors de portée et que le directeur général des Canadiens a hésité entre deux options. Sans faire une vente de feu, il s’est départi de contrats qui venaient à échéance contre un choix de deuxième ronde ainsi que deux joueurs repêchés au premier tour il y a quelques années. Certains partisans, qui réclamaient des changements majeurs, dont le congédiement de l’entraîneur-chef, étaient évidemment déçus.  Mais, malgré quelques décisions surprenantes, Michel Therrien n’a pas beaucoup à se reprocher et c’est pour cela que Marc Bergevin lui a donné un vote de confiance.

L’état-major du CH a plutôt décidé de faire de la place aux jeunes afin de les évaluer et voir avec qui il pourra bâtir une équipe gagnante dans le futur. C’est un passage qui est décevant pour les partisans, mais certes nécessaire considérant le choix élevé de premier tour au prochain repêchage qui se joindra aux McCarron, Sherbak, Juulsen et Carr.

Il ne faut pas croire que le Canadien est une équipe de bas de classement et, croyez-le ou non, la troupe montréalaise sera de retour dans la course aux séries éliminatoires dès l’an prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *