Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Coupe du Monde de hockey: ce que nous réserve l’Europe


APTOPIX Sochi Olympics Ice Hockey Men


Louka Dubé

Le petit frère contre le grand frère

Au fils des du temps, la Suède et la Finlande ont réussi à déjouer bien des pronostics afin de remporter des médailles. Souvent moins talentueuse que les puissances comme le Canada et la Russie, ces deux nations ont toujours été synonymes de combattants. C’est-à-dire que leur style de jeu est concentré sur la rapidité, le travail sans relâche et une stratégie défensive plus qu’efficace. Il reste maintenant à savoir si ces guerriers finlandais et suédois pourront une fois de plus s’immiscer sur le podium.

Une seule option : la victoire

Surnommé le roi Henrik, celui-ci devra répéter ses exploits qui ont permis à son équipe de remporter l’or en 2006 aux jeux olympiques pour espérer atteindre le Big Four. Chose certaine, Henrik Lundqvist, fait partit des meilleurs gardiens au monde et il devra encore le prouver face a des adversaires redoutables. La Suède toute entière espère probablement que sa moyenne  d’âge ne la rattrape pas et qu’aucune blessure ne survienne car, comparativement aux autres équipes, les 2 gardiens remplaçants, soit Jacob Markstrom et possiblement Jhonas Enroth, n’ont jamais prouvé qu’ils peuvent être dominants.

Pour la défensive, ce pays n’a rien à envier aux autres formations avec des vedettes comme Karlsson, Hedman, Ekman-Larsso et Kronwall . Cette brigade est complétée par Anton Stralman ainsi que Hjalmarsson . Même si ces défenseurs sont dominants autant défensivement qu’offensivement, un danger guette cette formation puisque la majorité d’entre-eux aime se porter fréquemment à l’attaque. Il reste maintenant à voir si ces arrières pourront contenir leur élan offensif et cela risque de s’avérer difficile avec un joueur comme Karlsson qui figure parmi le top 10 pour le nombre des revirements commis. Est-ce-la raison pourquoi la Suède n’a pas encore ajouter John Klingberg à sa formation malgré ses 53 points en 66 matchs ainsi  qu’Adam Larsson, eux qui sont également le prototype du défenseur offensif ?

Du côté de l’attaque, elle sera menée par des joueurs habitués aux compétitions de ce type qui savent comment gagner tels que les frères Sedin, Zetterberg, Steen, Eriksson et Backstrom.  À ceci, vient s’ajouter les 2 jeunes vedettes Landeskog et Forsberg. Le reste de l’attaque devrait poursuivre dans l’optique du pays soit de combiner expérience et jeunesse avec des joueurs susceptibles d’être sélectionner comme Burakovsky, Fast, Janmark, Lindholm et Alexander Nylander.

Est-ce que le mélange jeunesse-vétérans pourra les faire gagner ou si la vieillesse de certains joueurs finira par les couler ?

 

La fierté du combattant

En ce qui attrait à la Finlande, celle-ci devra compenser son talent légèrement inférieur aux autres puissances par la même recette qu’auparavant, soit avec de l’effort soutenu et des gardiens au sommet de leur art. Devant le filet le duo Rask et Rinne devra réaliser miracle après miracle pour espérer monter sur le podium. La bonne nouvelle est que ces deux individus sont habitués de performer sous pression et aux compétitions internationales. Reste à voir si ceux-ci seront en mesure de tenir le fort assez longtemps pour causer la surprise dans cette Coupe du Monde.

Le point d’interrogation est sans aucun doute la défensive de cette équipe en raison de leur âge. Les 4 premiers défenseurs sont tous âgé de moins de 25 ans soit Lindell, Vatanen, Maatta et Ristolainen. Même si  ces défenseurs ont beaucoup de talents et de grandes carrières qui les attendent, il est difficile de concevoir qu’ils seront en mesure de freiner les offensives adverses. Leur manque d’expérience et leur possible nervosité pourrait diminuer leur confiance et apporter un manque de cohésion au sein de cette brigade défensive. De plus, il est difficile de voir quel défenseur d’expérience pourrait venir occuper une des 2 places restantes étant donné leur rareté dans la LNH. L’entraîneur aura donc un rôle crucial pour calmer sa jeune défensive afin que ces joueurs soit à leur plein potentiel.

Tant qu’à l’attaque, elle sera également le reflet de la jeunesse. Outre Koivu, Jokinen et Filppula qui ont participé à plusieurs compétitions internationales, le reste de l’offensive comptera sur des joueurs possédant peu de vécu. On parle ici de Barkov, Donskoi, Granlund, Komarov, Korpikoski, lehtera et Teravainen. Nul doute que les places restantes seront occupées par des joueurs talentueux, mais seront-ils expérimentées ou jeunes ?

Néanmoins, la Finlande possède une équipe talentueuse, il s’agit simplement de voir si l’équipe  pourra combler ses lacunes par un système défensif impénétrable tout comme une mentalité de tout laisser sur la glace. Le mot fierté doit faire partie de l’ADN de cette équipe et abandonner ne doit pas faire partie de leur vocabulaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About fanadiensexpress