Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Où était Bergevin ?


Louka Dubé

Dorénavant, les transactions se réalisent majoritairement durant la saison morte et quelques jours avant la date limite. Par contre, plusieurs formations toujours dans la course aux séries ont réussi à se solidifier selon leurs besoins respectifs, et ce, même si la parité est plus grande que jamais dans la ligue. Reste maintenant à savoir si ces échanges porteront fruit ou si la fameuse expression « les meilleures transactions sont celles qu’on ne fait pas » l’emportera.

Roy s’en donne à cœur joie et Chicago toujours au-dessus de la mêlée

Il aura fallu du temps pour voir du mouvement dans l’Ouest, à l’exception de Chicago, mais le duo Sakic-Roy s’est activé. Mikkel Boedker s’amène en retour d’Alex Tanguay, Connor Bleackley et Kyle Wood. À l’évidence, Boedker, joueur de 26 ans repêché en première ronde avec une fiche plus que respectable de 39 points, prendra la place de Tanguay au sein d’un 2e trio, améliorant du même coup l’offensive du Colorado à long terme. Le défenseur format géant et spécialiste de l’avantage numérique, Éric Gélinas, arriva ensuite au Colorado pour un simple choix de 3e ronde.  Âgé de 24 ans, ce dernier pourra aider le club pendant de nombreuses années, tout comme Boedker, et s’ajoute à une défensive déjà composée de Johnson, Barrie, Zadorov et Beauchemin. Concernant Chicago, on se demande qui pourra les vaincre avec l’ajout de Ladd, Weise, Ehrhoff, etc. Un groupe d’attaquants fort impressionnant qui peut produire dans toutes les facettes du jeu sur les 4 trios, ainsi qu’une défensive dominante. Quant aux autres équipes aspirantes, soit les Kings, les Blues et les Stars, elles sont allées chercher quelques joueurs qui ne leur permettent pas d’accéder au statut de Chicago.

Staal quitte un frère pour en rejoindre un autre et Washington choisit la stabilité

Dès le début de la journée, le portrait était simple dans l’Est. D’un côté, les Capitals qui trônent au sommet du classement général, et les poursuivants. Le grand coup s’est produit à New York avec l’arrivée d’Eric Staal, un joueur de 31 ans avec plus de 700 points en carrière, une coupe Stanley et, est reconnu pour son leadership, ce qui propulse une équipe aspirante en une équipe susceptible de remporter les grands honneurs. Staal viendra supporter une attaque déjà explosive, rajouter du gabarit et aider les jeunes joueurs comme Miller, Fast et Hayes. En ce qui concerne les Capitals, l’équipe a décidé –avec raison- de faire confiance aux éléments déjà en place, l’équipe étant de loin la meilleure depuis le début de la saison. Pour ce qui est de Tampa Bay, Détroit, Boston, Floride et Pittsburgh, les dirigeants ont réalisé quelques acquisitions mais celles-ci sont loin d’être majeures. Conséquemment, l’Est sera très compétitif et l’équipe surprise pourrait bien être la Floride, malgré son peu d’expérience.

Passons maintenant à 2017 pour le Canadien

Marc Bergevin avait un choix à faire pour plusieurs de ses joueurs et la décision s’est exprimée d’elle-même. La formation a choisi un léger virage jeunesse en échangeant des joueurs de soutien, tout en conservant son noyau. L’avenir du Canadien s’annonce intéressante avec les choix de repêchage obtenus, de même qu’avec l’ajout de Matteau, Danault, etc. Le Canadien n’a toutefois pas réglé son problème majeur d’un manque criant de joueurs capables d’évoluer au sein des deux premiers trios. En contrepartie, le Canadien devra trouver le moyen d’aller chercher des joueurs d’impact offensifs, ce qu’ont fait les autres directeurs généraux de la ligue avec les Seguin, Spezza, Staal, Ladd, etc.  Il faut cesser de prendre l’excuse du plafond salarial et d’avoir peur de ce que les jeunes peuvent devenir. Il est important d’avoir de la profondeur au sein d’une formation mais la coupe Stanley ne se gagne pas uniquement avec de bons travaillants. Il faut également avoir des joueurs de talents et lorsqu’on veut acquérir des joueurs de talent, il faut également en donner.

Gagnants et perdants

Dans le camp des gagnants, le futur s’annonce prometteur pour Calgary et Toronto en raison des nombreux échanges. Les deux équipes ont réussi à obtenir le maximum pour des joueurs qui ont connu leurs meilleures saisons, tels que Russell, Winnik, Hudler, etc. Quant aux puissances de la ligue comme Chicago, Washington et New York, elles ont réussi à éliminer leurs légères faiblesses sans nuire à leur avenir. Dans le camp des perdants de la journée, mentionnons les Oilers qui, encore une fois,  ont manqué de créativité pour se trouver un défenseur ainsi qu’un gardien en utilisant tout le potentiel offensif qu’ils possèdent. Autrement, les séries sont encore possibles pour les équipes positionnées entre 9 et 12 de chaque conférence, lesquelles n’osent donc pas se départir de leurs joueurs. Pour le Canadien, il est malheureux de constater que l’équipe a manqué le bateau et n’a réalisé que des mouvements mineurs de personnel, dont  Mike Brown réclamé au ballotage. Il faut aussi mentionner quelques joueurs qui n’ont pas bougé et qui ne font plus partie des plans de leurs équipes respectives en raison des nombreux problèmes qu’ils ont connu cette saison ; comme Jonathan Drouin, Dan Hamhuis et Loui Eriksson, et dont le prix était possiblement trop élevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About Wilson Salaun