Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Quelle est la véritable identité du Canadien de Montréal ?


Daniel Vanier

image

La saison 2015-2016 du Canadien est une véritable énigme. Cette équipe a connu une saison en deux temps jusqu’à maintenant. Elle a véritablement démontré que c’est une formation capable du meilleur comme du pire. Quelle est la véritable identité de cette équipe ? Prenons le temps d’analyser la saison et l’équipe en profondeur.

Un départ fulgurant

Le Canadien est devenu la première formation de l’histoire du Canadien à amorcer la saison avec 9 victoires consécutives en temps règlementaire. Il était à un gain d’égaliser le record de la LNH de 10 victoires, record tenu par les Sabres de Buffalo (2006-2007) et les Maple Leafs (1993-1994) qui eux avaient connu une série de 10 victoires, mais toutefois, pas toutes obtenues en temps règlementaires. Malgré cette belle série, l’équipe connaissait plusieurs défaillances en défensive, mais Carey Price veillait au grain et l’attaque du Canadien trônait au 1er de la LNH. Torey Mitchell semblait se diriger vers une saison de 25 buts et Dale Weise avait des allures de Guy Lafleur. Marc Bergevin et Michel Therrien étaient encensés. Plusieurs fans voyaient déjà Max Pacioretty soulever la coupe à sa 1ère saison comme capitaine. Je n’étais pas de ceux-ci. Cependant, j’étais content de voir que le Canadien, malgré une absence de 3 semaines de Carey Price, avait une magnifique fiche de 19-4-3 en 26 rencontres arrivées au 1er décembre.

Le cauchemar de décembre

Un peu avant décembre, le Canadien a dû retenir son souffle, le 25 novembre, à sa 3ème sortie après son retour de sa blessure, Carey Price fût retiré du match contre les Rangers en raison d’une blessure au genou. Cette fois-ci, on le sait, ce sera une longue absence. Décembre arrive et le cauchemar débute. L’équipe dispute 14 parties accumulant seulement 3 victoires et pires que tout, ils ne marquent qu’une seule fois plus de deux buts. Qu’arrive-t-il tout à coup? On ne voit plus l’équipe confiante du début de saison. Le Canadien joue plutôt comme une équipe qui ne veut pas commettre d’erreur, et les autres équipes en profitent. Les fans commencent à grogner. Carey Price est-il la raison de la production offensive du Canadien ? La réponse est claire : oui! La confiance de Carey dans les buts donne également de la confiance à ses attaquants. Il suffit de regarder la moyenne de but marqué par le Canadien avec et sans Price. Le problème est alarmant.

Nouvelle année, même résultat

Malgré le temps des fêtes, les partisans ne font pas de cadeaux aux dirigeants du Canadien. Michel Therrien et surtout, Marc Bergevin sont de plus en plus critiqués. On reproche de plus en plus l’inaction de ce dernier. Le tricolore a bien débuté le mois de janvier en célébrant le retour de Brendan Gallagher avec une superbe victoire de 5-1 lors du match à l’extérieur contre Boston. Les défaites s’accumulent (seulement 3 victoires en 11 matchs en date du 31 janvier) et le manque d’offensive est de plus en plus flagrant. Bergevin passe rapidement de héros à zéro, et cela est totalement injuste à mon avis. Beaucoup de fans voient maintenant le Canadien comme une équipe de fin de peloton. Même si leur dossier tant à le démontrer, je ne fais tout de même pas partie de ceux-ci.

La véritable identité de cette équipe

 

En début de saison, le Canadien profitait d’une production surprise de plusieurs attaquants : Mitchell, Weise, Fleischmann et même Desharnais. Cela jumelé avec l’excellence de Carey Price à surement contribué à fausser les données et a donné l’illusion d’une coupe Stanley possible, cette saison. Pourtant quand on regarde la formation, on peut voir que cette équipe n’est pas apte à se battre pour la Coupe. Les fans se sont enthousiasmés beaucoup trop vite.
À l’attaque, l’équipe n’a pas une formation qui devrait figurer au 1er rang de la LNH pour les buts marqués comme ce fut le cas en début d’année. Elle compte probablement sur le meilleur 4ème trio de la LNH avec Torey Mitchell, Bryan Flynn et Devante Smith Pelley(ou Paul Byron). Par contre dans les 9 autres attaquants, seulement 4 sont des attaquants dignes d’un top 6 : Max Pacioretty, Brendan Gallagher, Thomas Plekanec et Alex Galchenyuk. Les 5 autres sont des attaquants de 3ème trio : David Desharnais, Dale Weise, Thomas Fleischmann, Lars Eller  et Daniel Carr (ou Paul Byron) malgré toutes leurs qualités et leur bon vouloir, ils ne devraient pas figurer dans un top 6. Cela dit, cette équipe est, malgré l’horrible séquence de décembre et janvier, une équipe pas si mauvaise. Elle figure entre les deux extrêmes qu’elle nous a démontrés jusqu’à maintenant cette saison.

Le Canadien compte sur 2 bons gardiens, une bonne défensive et une attaque qui compte quand même de bons éléments. Marc Bergevin se doit toutefois de bouger pour l’améliorer. On l’a déjà dit, le Canadien à une carence flagrante à l’aile droite. Bergevin se doit d’ajouter un ou deux bons attaquants à son top 6 par la voie d’une transaction. Il demeure encore à mon avis l’un des meilleurs DG de la LNH et il finira par faire cette transaction tant attendue. Avec le retour d’un Carey Price en santé, l’équipe pourrait alors être considérée comme de sérieux prétendants à la Coupe Stanley. Ce n’est pas le cas cette année, ni en début de saison, ni maintenant. Mais il ne faut pas tout voir en noir non plus. Cette formation n’est pas non plus une équipe de dernière position. La situation n’est pas si catastrophique. Le Canadien est à seulement quelques points d’une place en série. Je m’attends à ce que l’équipe connaisse un retour en force l’an prochain et qu’après quelques retouches, elle soit une aspirante aux grands honneurs ! Et vous comment voyez-vous le futur du Canadien ? Quels joueurs devraient quitter selon vous ? Pensez-vous que Michel Therrien et Marc Bergevin sont encore les hommes de la situation ? Faites-nous part de vos commentaires et des changements que vous apporteriez à la formation ou à l’équipe de dirigeants. La parole est à vous !

Une réponse “Quelle est la véritable identité du Canadien de Montréal ?”

  1. Benoit depairon
    31 janvier 2016 à 6:01

    Cette équipe n est pas une des plus grande, j ai connue les années 70, mais j aime cette équipe pour le côté. Humain. Voir les Price, Subban, Weise et les autres faire ce qu ils font pour les enfants, sa vaut pour moi BCp plus qu une coupe Stanley.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About fanadiensexpress