Aller à…

Fanadienssur Google+RSS Feed

Mike Condon : une histoire hors du commun.


Texte de Wilson Salaun

Après une victoire de 5-1 face aux Bruins, lors de la Classique hivernale 2016, les joueurs du Canadien étaient certainement très heureux. Néanmoins, il y’en a un qui devait particulièrement l’être : Mike Condon. En plus de sa très bonne prestation (27 arrêts sur 28 tirs) et le fait d’avoir été la deuxième étoile du match, Condon devait avoir un sentiment de fierté. En effet, natif de Needham au Massachusetts, Condon a grandi en détestant le Canadien et en étant un fan des Bruins. C’était d’ailleurs son premier match contre Boston dans sa région natale. Il y a encore quelques mois, le cerbère de 6 pieds 2 pouces du Canadien n’aurait jamais imaginé atteindre la LNH.

Une jeunesse en noir et jaune.

Mike Condon était un partisan des équipes de Boston dans son enfance. Patriots, Red Sox, Celtics et bien évidemment, les Bruins. Vous voyez ou nous voulons en venir. Comme mentioné plus haut, Condon détestait le Canadien. D’ailleurs, lorsque son agent lui a téléphoné pour lui communiquer l’offre du Canadien, il n’y en croyait pas ses yeux. Le club qu’il a tant détesté lui propose une offre. La seule offre qu’un club de la LNH lui aille communiqué, et Condon l’a répété : il en est très reconnaissant. Lorsque Mike Condon a annoncé la nouvelle qu’il avait signé un contrat avec le Canadien, les membres de sa famille l’ont qualifié de traitre, mais ils n’ont pas eu le choix de se ranger du côté du Canadien. Il signe donc son premier contrat professionnel avec le Canadien le 8 mai 2013.

Un parcours parsemé d’embuche.

Condon a commencé sa carrière en jouant 4 saisons avec les Tigers de Princeton, l’équipe de hockey de l’Université Princeton dans l’État du New Jersey. Durant cette période, Condon garda un pourcentage d’efficacité de 0,911 et une moyenne de 2,65 buts encaissés et un dossier global de 18-22-8. Néanmoins, sa dernière année fut la pire avec 8 victoires en 24 départs. Après cette dernière saison difficile, il n’espérait pas avoir une offre d’une équipe de la LNH, lui qui n’a jamais été repêché dans la Ligue nationale. Pourtant, une équipe de la LCE lui a proposé une offre. Toutefois, il n’a disputé que 4 matchs avec le Reign d’Ontario, et ensuite, Mike disputa 5 matchs avec les Houston Aeros dans la LAH. L’étudiant en Science politique optait de plus en plus vers un autre univers que celui du hockey. Il a même effectué un stage à Wall Street. Néanmoins, tout a basculé le 8 mai 2013, lorsque Marc Bergevin lui proposa un contrat avec le Canadien. À la fin de sa première saison avec les Bulldogs de Hamilton, Condon conserve une fiche de 23-19-6 avec un pourcentage d’efficacité de ,921 et une moyenne de buts alloués de 2,44. En février 2015, il signe une prolongation de 2 saisons avec le Canadien. Néanmoins, son conte de fées débuta en septembre 2015 lors du Camp d’entrainement du Canadien.

La révélation du camp d’entrainement.

Mike Condon a débuté son camp d’entrainement sans pression, la plupart des observateurs disaient que Tokarski garderait la place de second gardien derrière Carey Price. Néanmoins, à son tout premier match Condon effectua 21 arrêts sur 21 en 32:57 de temps de jeu, dans une défaite de 4 à 3 en tirs de barrage face aux Capitals le 24 septembre. À son deuxième match préparatoire, Condon blanchissait les Leafs dans une victoire de 1 à 0 du Canadien à Toronto. Condon était impressionnant. Finalement ses performances ont obligé le Canadien a gardé Condon avec le Grand Club et a cédé Tokarski aux Ice Caps dans la LAH. Aujourd’hui, Condon fait face à une situation assez compliquée : remplacer Carey Price, blessé au bas du corps. Il fait néanmoins bien son travail avec une fiche de 11-9-3, une moyenne de 2,42 buts encaissés et une efficacité de ,907. Même si ses dernières performances n’étaient point reluisantes, ses 4 derniers départs sont très positifs, malgré un dossier de ,500 (2-2-0), il a encaissé 2,25 buts en moyenne et a gardé un pourcentage d’arrêt de ,926.

Condon est un exemple de persévérance, lui qui n’a pas eu un chemin facile pour s’établir dans la LNH. Néanmoins il doit continuer à se battre, car l’arrivée de Ben Scrivens lui donnera un peu de fil à retordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About fanadiensexpress